> > Face à la crise pas de hausse d'impôt selon François Fillon

Face à la crise pas de hausse d'impôt selon François Fillon

La croissance de la France est en berne au premier trimestre 2009. Selon Christine Lagarde, la ministre de l'Economie interrogée sur Canal + jeudi 14 mai, les prochains chiffres de l'Insee seront « mauvais ».

Et la ministre de préciser concernant le PIB de la France : « on est dans la foulée du 4e trimestre 2008 qui était à -1,1% et depuis ça ne s'est pas amélioré ». Devant ces chiffres de crise, le gouvernement  n'a pas beaucoup de marge de manœuvre si ce n'est réduire son train de vie et d'augmenter les impôts. Mais le Premier ministre François Fillon se refuse à cette extrémité.

Dans un interview accordé au Figaro, François Fillon affirme ainsi que face à la crise  son gouvernement  « assumait » les déficits. Selon le Premier ministre une hausse des taxes serait « contre-productif en période de récession, car cela pèse sur la consommation, et c'est dangereux si la situation s'améliore, car cela risque de freiner la reprise ». Mathématiquement, si les recettes n'augmentent pas, il faut donc diminuer les dépenses pour éviter le creuser le déficit déjà important du navire France. Mais les choses ne sont pas aussi simples, bien évidemment. Ainsi, selon Christine Lagarde, « On est obligés aujourd'hui d'investir de l'argent public pour relancer la machine. »

Cette stratégie est claire : en dépensant aujourd'hui,  le gouvernement espère « que la machine va repartir ». Dans le même temps, Christine Lagarde précise dans un interview publié dans le Monde du 12 mai que des économies doivent être faites notamment en supprimant dans le budget 2010 la bagatelle de 34 000 postes de fonctionnaires d'Etat. Ces suppressions seront menées dans le cadre du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Article publié le vendredi 29 mai 2009 à 08:05 - © Credixis 2021

Articles liés

La baisse des prix dans l'immobilier va se poursuivre

La flambée des prix dans l'immobilier a été frappée de point fouet par la crise. Pour l'année 2009, plusieurs études prévoient une baisse des prix de 7% environ. Lire l'article

En mai, la consommation repart à la baisse

Après deux mois de hausse, l'Insee dans son rapport du 23 juin note un net fléchissement de la consommation des ménages en mai (0,2%). Lire l'article

Les crédits nouveaux aux ménages fléchissent en mars 2009

Selon les derniers chiffres publiés par la Banque de France mi mai 2009, la production de crédits nouveaux aux ménages français poursuit sa contraction en mars. Lire l'article