> > Déficit public : le FMI encourage les plans de rigueur

Déficit public : le FMI encourage les plans de rigueur

Dans sa dernière édition du "Fiscal Monitor", son rapport sur les finances publiques mondiales, le FMI dénonce un ralentissement du rééquilibrage budgétaire. Les réactions des USA, et du Japon, sont ainsi jugées inadaptées en comparaison des politiques de "rigueur" instaurées en Europe.

Le rééquilibrage budgétaire des pays avancés ralentit

Pour le Fonds monétaire international (FMI), En dépit de l'amélioration des perspectives mondiales, le rythme du rééquilibrage budgétaire ralentit cette année dans quelques grands pays. Au total d'après les estimations du FMI, en 2010 le déficit public des pays avancées représentait 7,9 % de leur PIB.

Malgré un bon départ en début d'année, les différents actions du Japon et les plans de relance des États -Unis "retardent le rééquilibrage de leur budget par rapport au rythme envisagé dans l'édition de novembre 2010 du Moniteur des finances publiques".

Les plans de rigueurs européens efficaces

L'action des pays européens notamment de l'Allemagne, de la France, de l'Espagne et du Royaume-Uni, a été jugée plutôt positivement par le FMI. Celui ci jugeant que ces pays rééquilibreront tous leurs budgets en 2011" et "devraient encore améliorer leur situation budgétaire en 2012". Le fonds a principalement apprécié les plans de rigueur, instaurés dans ces pays. Concrètement, les plans de rigueur permettent de rassurer le marché, offrant aux États l'opportunité d'emprunts à des taux plus avantageux.

Les USA et le Japon montrés du doigt

Les États-Unis sont perçus comme les mauvais élèves du rééquilibre. Pour le FMi, le plans de relance pratiqué ( prolongement des aides au chômage et diminution des impôts)  est "justifiable" mais il n'aura qu'un effet faible par apport à son coût. L'organisation internationale, s'est montrée dubitative quant à la réussite des États-unis dans leurs objectifs : "pour réduire leur déficit de moitié d'ici à 2013 comme ils se sont engagés à le faire lors du sommet du G20 de Toronto, en juin dernier, les États-Unis devront opérer un ajustement considérable l'an prochain".

Le FMI blâme également le Japon par rapport au non respect d'objectifs jugés déjà faible. D'après le rapport, "la baisse déjà modeste du déficit global prévue pour 2011 a été réduite".

 

Le Fonds monétaire international tiens ainsi a rappeler à touts les états membres, que la crise n'est pas encore résolue. "Globalement, les risques souverains restent élevés et, dans certains cas, ils ont augmenté depuis novembre : il est donc urgent de mettre en place des plans de rééquilibrage à moyen terme plus solides et concrets".

Article publié le vendredi 28 janvier 2011 à 15:01 - © Credixis 2022

Articles liés

Crise : DSK pour une Europe plus souveraine

Dans une interview au quotidien le Parisien publiée ce lundi, le patron du FMI est revenu sur la crise économique. Écartant l'idée d'une crise monétaire, Dominique Strauss-Kahn appelle à une meilleure coordination des politiques économiques européennes. Lire l'article

Un rapport sur la gestion des crises bancaires remis à Bercy ce jeudi

Intitulée "prévention, traitement et résolution des crises bancaires", la mission pilotée par Jean-François Lepetit et Thierry Dissaux a remis son rapport à la ministre de l'économie ce jeudi. Différents instruments et mesures de gestion sont ainsi proposés. Lire l'article

En Zone euro, le crédit se durcit, mais la BCE table sur une prochaine embellie

Fin octobre, les banques européennes ont de nouveau décidé de durcir leurs conditions de crédit dans la zone euro pour le troisième trimestre. Lire l'article