> > Union européenne : le budget de 2012 fixé à 129 milliards d'euros

Union européenne : le budget de 2012 fixé à 129 milliards d'euros

Après près de 16 heures de négociations, les États membres de l'UE et les parlementaires européens sont parvenus à un accord sur le montant du budget européen pour 2012. Celui-ci sera de 129 milliards d'euros.

Union européenne : le budget de 2012 fixé à 129 milliards d'euros

Un budget calqué sur l'inflation

Pour les parlementaires européen, le budget 2011 adopté ce samedi est un budget d'austérité. Pour les États membres de l'Union européenne (UE), il s'agit d'un budget dur mais raisonnable.

Après de longues négociations, les deux parties sont en effet parvenus à un accord sur le montant du budget européen pour 2012. Initialement, les députés européens et le commissaire européen au Budget, Janusz Lewandowski  plaidait pour un budget  de 133,1 milliards d'euros.

Face au refus catégorique des États membres, les parlementaires ont dû revoir leur ambition à la baisse.  Au final, le budget 2012 sera conforme aux prévision d'évolution de l'inflation pour 2012, et ne sera donc augmenté que de  2% par rapport à 2011, soit un montant de 129 milliards d'euros

Un budget d'austérité

Dans le fond, l'accord prévoit d'autres changements.  Revenant sur le budget 2011, la Commission européenne  à ainsi demandé un financement supplémentaire 500 milliards d'euros, celui-ci a finalement été acté à hauteur de 200 milliards par les États membres.

Parallèlement, les crédits d'engagements ont été augmenté de 1,1 % sur le budget 2012 soit un montant de 147 milliards d'euros.

Bien qu'estimant un certain "réalisme" dans l'accord trouvé,  les députés s'attendent à de grandes difficultés financières à moyen terme.

"Il y a à présent un risque sérieux que la Commission européenne se retrouve sans capacités financières dans le courant de l'année prochaine, et qu'elle ne soit par conséquent pas en mesure d'honorer toutes ses obligations financières à l'égard des bénéficiaires des fonds européens" estime ainsi Janusz Lewandowski.

D'autres pointant du doigt le montant important des mécanismes d'engagement : "les engagements d'aujourd'hui sont les dépenses de demain, ils se livrent donc à petit jeu très dangereux".

Du côté des États membres, on se dit rassuré. "Le Conseil a accepté une hausse de 2% pour les dépenses, égale à l'inflation. Partout en Europe les gouvernements adoptent des mesures d'austérité et procèdent à des coupes budgétaires. Ce serait un peu étrange que le budget européen soit en augmentation" a déclaré Kees de Jager, le ministre néerlandais des Finances.

Article publié le lundi 21 novembre 2011 à 13:11 - © Credixis 2018

Articles liés

Zone euro : une semaine de réunion contre la crise

La semaine s'annonce chargée pour les ministres des finances et les dirigeants européens. Ces derniers, réunis vendredi à Bruxelles ont d'ores et déjà adopté plusieurs modifications quant à la politique monétaire européenne. D'autres réunions sont prévues aujourd'hui et demain. Lire l'article

Immobilier : les aides fiscales françaises critiquées par l'Union Européenne

La Commission européenne est revenue sur certains dispositifs et avantages fiscaux français, accordés pour l'investissement en logement locatif. Dénonçant une entrave à la libre circulation de capitaux, la commission pourrait ainsi saisir la CJUE. Lire l'article

Crédits à la consommation : la France mise en demeure par l'Europe

Adoptée en 2008, la directive européenne relative aux crédits à la consommation devait être transposée en droit français depuis le 11 juin. La Comission européenne donne deux mois à la France mais également à 6 autres pays européens pour se mettre en règle. Lire l'article