> > Subprimes : la Société générale poursuivie aux États-Unis

Subprimes : la Société générale poursuivie aux États-Unis

Perçues par beaucoup comme étant à l'origine de la crise économique mondiale, 17 banques ont été attaquées par l'agence fédérale de financement du logement. Parmi elles figurent une banque française : la Société générale.

Subprimes : la Société générale poursuivie aux États-Unis

La Société générale génératrice de subprimes

Pour comprendre la démarche américaine, il est nécessaire de revenir un peu sur la "crise des subprimes" de 2008 responsable de la faillite de grands groupes américains dont Lehman Brothers, élément déclencheur de la crise économique internationale actuelle.

À l'époque, plusieurs grands établissements financiers dont la Société générale proposent aux ménages américains des crédits immobiliers bien au delà de leur moyens pensant ainsi acquérir de nouveaux clients tablant parallèlement sur une hausse régulière des prix. Au total, près de 1,5 milliards de dollars de titre auraient ainsi été vendus par le groupe français.

Le système s'est ensuite écroulé, entrainant dans sa chute les deux établissements parapublics de crédits hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, ces derniers assurant alors près de 45 % de l'encours de crédits immobiliers aux États-Unis.

Pour l' agence fédérale de financement du logement (FHFA), 17 établissements sont responsables de cette acte. Ainsi, ce vendredi la FHFA a déposé une plainte à l'encontre de six établissements européens (Barclays,  Royal Bank of Scotland, HSBC, Société Générale, Deutsche Bank et Crédit suisse,) , le groupe japonais Nomura et 10 banques américaines (JP Morgan,  Countrywide,  Merrill Lynch , Goldman Sachs,  Morgan Stanley,  Ally,  Bank of America, Citigroup, First Horizon, et General Electric).

"Les plaintes font état d'infractions à la loi fédérale régissant les actifs financiers et au droit dans la vente de titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels conçus par ces établissements" explique la FHFA dans un communiqué. Plus exactement ce sont les titres vendues à "Fannie" et "Freddie" qui sont ainsi visés. La FHFA estimant que les 17 établissements ont menti sur l'objet réel ou les caractéristiques de ces titres ou prêts, essentiellement sur les vérifications de la solvabilité et la capacité de rembouirsement des ménages emprunteurs.

Les autorités américaines compte bien récupérer l'argent réinvesti dans Fannie Mae et Freddie Mac. Près de 170 milliards de dollars ayant été ainsi sortis des caisse de l'État pour tenter d'endiguer la crise.

La Deutsche Bank souhaite contre attaquer

Seul établissement français à être mis en cause, la société générale n' a pas encore fait de commentaire à ce jour. La Deutsche Bank en revanche, jugeant ces accusations "infondées" ne souhaite pas en rester là.

Rappelant que "Fannie Mae et Freddie Mac ont la réputation d'être des investisseurs expérimentés" la banque allemande met en cause également la bonne foi des 2 géants  parapublics américains. "Nous nous défendrons par tous les moyens contre cette action" a par ailleurs ajouté le groupe allemand.

Article publié le mardi 06 septembre 2011 à 15:09 - © Credixis 2017

Articles liés

Il contracte un prêt de 117 000 euros... et devra en rembourser le triple !

En sollicitant un crédit immobilier sur 40 ans, cet habitant du Tarn n'avait pas conscience des problèmes à venir. Il tente aujourd'hui de renégocier son prêt, mais la mission s'annonce périlleuse... Lire l'article

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article