> > Rachat de crédits : une réouverture des critères ?

Rachat de crédits : une réouverture des critères ?

Permettant de regrouper toutes les mensualités de crédits immobilier et de consommation en une seule, le rachat de crédit est surtout conditionné, actuellement, aux revenus des emprunteurs. Retour sur le dispositif par Empruntis.

Rachat de crédits : une réouverture des critères ?

Des taux qui restent avantageux

La stabilité des taux de crédit immobilier affichée maintenant depuis plusieurs mois marque inéluctablement les rachats de crédits.

Pour mémoire, le rachat de crédits permet de condenser un un prêt, c'est à dire en une mensualité et avec un taux unique, un ensemble de crédits contractés qu'il s'agisse de crédits immobiliers ou de crédits à la consommation.

Ainsi, cela permet à un emprunteur de "rééchelonner toutes ses dettes tout en disposant d'une trésorerie immédiate, avec un taux global avoisinant les conditions financières d'un crédit immobilier" explique Romain Cavanna du courtier en ligne Empruntis, dans une interview publiée sur le site du groupe.

Pour exemple : " un client qui a un prêt immobilier à 5 %, et des prêts à la consommation à 7 % [...] veut effectuer des travaux chez lui. Avec un rachat de crédits, ce client va tout englober à un taux de 4.80 % [taux fixe minimum actuel pour les rachats de crédits hypothécaire, sans domiciliation de revenus] sur la durée qu'il souhaite".

À noter cependant que l'avantage de ces taux qui restent assez faibles au vu de la conjoncture est largement nuancé par le durcissement des règles d'acceptation de dossiers. Empruntis parle d'ailleurs d'une certaine réouverture des critères.

Sur les rachats de crédits hypothécaires, c'est à dire des rachats de crédits pour lesquels une hypothèque sert de garanti à l'organisme prêteur, Empruntis prends pour exemple désormais la prise en compte des revenus précaires "dans l'analyse de la situation actuelle des clients, à la condition toutefois que l'un des conjoints dispose d'un revenu pérenne".

Les organismes spécialisés, une alternative non négligeable

Ainsi, en contrepartie de ces taux qui restent préférentiels, de nombreux organismes bancaires jouent la carte du durcissement des règles, notamment sur les assurances de crédit immobilier.

À noter donc la possibilité offerte par la loi Lagarde aux emprunteurs, de contracter dès à présent une assurance crédit dans un autre établissement que l'organisme prêteur. Une possibilité qui donne, ainsi, une plus grande place, une plus grande importance aux intermédiaires et organismes spécialisés hors grands groupes bancaires.

"La production se déporte vers les banques spécialisées en regroupement de crédits. Cela se traduit notamment par une certaine compétitivité des taux proposés." constate Empruntis.

Lire l'interview complète sur Empruntis.com

Article publié le lundi 24 octobre 2011 à 15:10 - © Credixis 2017

Votre projet de rachat de crédits

Vous avez un projet de rachat de crédits ? Remplissez votre demande en ligne !

Un conseiller spécialisé "rachat de crédits" étudiera votre dossier avec la plus grande attention, et vous contactera dans les meilleurs délais

Demande en ligne

Articles liés

Crédit immobilier : une hausse ralentie en avril

Après une nouvelle hausse significative des taux de crédits immobiliers au mois de mars, "entre +0,10 et +0,15 %", le courtier en ligne Empruntis prévoit un ralentissement de cette évolution en avril. Les spécialistes invoquent une anticipation de l'action européenne. Lire l'article

Immobilier : les taux de crédits et les prix augmentent au mois de mars

La tendance à la hausse se poursuit pour le secteur Immobilier. Tandis qu'Empruntis annonce une nouvelle augmentation des taux fixes de crédit, le journal spécialisé, de particulier à particulier, constate une augmentation des prix de vente dans grandes villes. Lire l'article

Crédit immobilier : les taux en hausse début février

Comme le confirmait les dernières prévisions, les taux des crédits immobiliers ont encore augmenté ce mois-ci, pour la 3ème fois consécutive. En moyenne ces taux on augmentés de 0,5 % par rapport à octobre. Lire l'article