> > Quelques conseils avant de contracter un crédit professionnel

Quelques conseils avant de contracter un crédit professionnel

La formation et l'expérience professionnelle du créateur ou du repreneur d'entreprise ne sont pas les seuls critères sur lesquels se basent les banques pour accorder ce crédit spécifique.

Bien entendu, les deux notions évoquées plus haut (relevant de la théorie et de la pratique) comptent énormément aux yeux des organismes bancaires, car ils doivent être en adéquation avec le projet présenté. Car comme chacun sait, c'est en forgeant qu'on devient forgeron...

Investir sans mettre la clé sous la porte

Cela étant, deux autres critères essentiels entrent en ligne de compte. Tout d'abord l'apport personnel du demandeur, qui doit respecter certaines proportions... même si au final, il n'y a pas de règle bien précise en la matière. Les spécialistes semblent cependant s'accorder sur un rapport minimum de 25 à 30 % d'apport personnel dans un projet de création ou de reprise d'entreprise. La proportion varie en fait selon la qualité globale du dossier et de son auteur.

En ce sens, la banque évalue la situation du patrimoine personnel et pose un regard attentif sur l'éventuelle marge de manoeuvre après le versement de l'apport. En effet, si une banque apprécie qu'un entrepreneur s'investisse suffisamment dans son projet en terme financier, elle désapprouve une politique qui consisterait à "se ruiner" complètement...

Apporter des garanties, mais pas que...

En conséquence, il est préférable de ne pas solliciter un crédit pour des secteurs tels que l'innovation ou la recherche. Pourquoi ? Parce que la rentabilité du projet doit être démontrée. Pour y parvenir, il est primordial de présenter un prévisionnel d'activité (généralement sur trois ans), s'appuyant sur des chiffres réalistes. Cette rentabilité doit permettre de faire face aux échéances de crédits, payer son dirigeant de manière suffisante, laisser une marge de sécurité, etc.

Pour finir, la demande de crédit professionnel ne serait pas complète sans garantie. À elles seules, des garanties fiables ne sont toutefois pas synonymes d'emprunt bancaire immédiat. Imaginer qu'une banque prête pour la garantie, alors que seules l'activité et la rentabilité de l'entreprise permettront de faire face à ses échéances, relèverait effectivement de l'utopie.

Article publié le mardi 29 juin 2010 à 13:06 - © Credixis 2018

Votre projet de crédit professionnel

Vous avez un projet de crédit professionnel ? Remplissez votre demande en ligne !

Un conseiller spécialisé "crédit professionnel" étudiera votre dossier avec la plus grande attention, et vous contactera dans les meilleurs délais

Demande en ligne

Articles liés

La médiation du crédit a participé en un an à débloquer 1,77 milliard de crédit

Créée en novembre 2008, la médiation du crédit a participé en un an à débloquer 1,77 milliard d'euros de crédit aux entreprises. Lire l'article

Crédit aux entreprises : les banques rechignent à lâcher du lest

Les PME par ces temps de crise souhaiteraient plus de souplesse de la part des banques pour l'octroi de crédit. Mais les banques se font tirer l'oreille malgré un sermon bien senti de la part de Nicolas Sarkozy le 25 août dernier. Lire l'article

Les services du médiateur du crédit sauvent plus de 100 000 emplois

Huit mois seulement après sa création, le service de médiation du crédit aux entreprises tire un bilan plus que positif puisque 107 641 emplois ont pu être sauvés grâce à son intervention. Explications. Lire l'article