> > Plus de crédits contractés mais moins de ménages détenteurs en 2010

Plus de crédits contractés mais moins de ménages détenteurs en 2010

Selon une enquête réalisée pour la FBF et l'Observatoire des crédits aux ménages, fin 2010, le nombre de ménages détenteurs de crédits à une nouvelle fois diminué. paradoxalement le nombre de crédit contracté est reparti à la hausse.

La production de "nouveaux crédits" en hausse

En 2010 , le nombre de "créations " de crédits est en hausse de 5,4% par rapport à 2009, avec près de 9,6 millions de nouveaux crédits accordés au ménages. En 2009 la tendance  sur un an était à la baisse (-7,8 %).

D'après l'étude réalisée par l'institut TNS Sofres pour  le compte de la fédération bancaire française (FBF) et de l'Observatoire des crédits aux ménages, cette hausse s'établit à +1,8 % pour le crédit à la consommation et +18,3 % pour le crédit immobilier.

Moins de ménages détenteurs de crédits

En parallèle et malgré cette hausse, la part des ménages possédant un ou des ces crédits ne cesse de décroitre. Alors qu'ils représentaient 52,6 % des ménages français, ils n'étaient plus que 50,8 % en 2009. Fin 2010, 49,5 % des ménages détenaient un crédit soit, 13,7 millions de ménages.

Pour les experts, cette diminution s'explique surtout par un net recul sur les crédits à la consommation. En effet, en 2010 et pour la 1ère depuis 1996, il y avait plus de ménages à détenir un crédit immobilier (30,5 % soit environ 8,45 millions de ménages) qu'un crédit à la consommation (30,1 % soit environ 8,34 millions de ménages).

Un crédit à la consommation en berne

Pour le spécialistes l'explication de cette chute de crédits çà la consommation tient en plusieurs points. Ainsi, si l'utilisation de ces crédits pour "financer des projets" (voiture, équipements et travaux d'amélioration pour le logement) reste dans les proportions de 2009, l'utilisation de crédits à la consommation pour des dépenses, disons, moins raisonnées (loisirs, vacances, achats non nécessaires) a fortement chuté.

En 2010 la part des ménages détenant ce dernier type de crédit est ainsi descendu à 13,8 % alors qu'ils étaient près de 15,8 % en 2009. Pour Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris Ouest et rapporteur du 23ème rapport annuel de l'Observatoire des crédits, la quasi-totalité du recul tient au repli rapide de l'utilisation de ces cartes [de magasin ou grande surface]" détenues par 6,8 % des ménages contre 9,6 % en 2009.

Enfin, un "effet com" est également abordé. Les récentes réformes (loi Lagarde, arrêtés et décrets sur les crédits revolving ou renouvelables) et discours contre le surendettement auraient ainsi pu refroidir les consommateurs les plus indécis.

La fin d'une crise ?

Au vu des prévisions et derniers chiffres enregistrés. La tendance devrait s'inverser en 2011. Il y a en effet comme un vent de mieux dans le moral des ménages français, puisqu'ils sont 52,1 %  à considérer le poids des charges de remboursement comme supportable ou très supportable (contre 50,5 % en 2009). la souscription de crédits semble d'ailleurs être déjà repartie.

En effet, en 2010  près de 6,8 millions de ménages ont contracté un crédit, soit une hausse de 6,2 % sur an. Un soulagement pour les établissements libérateurs de crédits après la débâcle de 2009 (- 9,2 % de ménages souscripteurs sur l'année).

Article publié le jeudi 07 avril 2011 à 15:04 - © Credixis 2017

Articles liés

Surendettement : les relations banques-clients normalisées et améliorées

Un arrêté publié samedi au Journal Officiel (JO) vise a améliorer les relations entres les banques et les clients surendettés. Intégré à la réforme des crédits à la consommation, cet arrêté oblige les banques à "mieux s'occuper" des clients endettés. Lire l'article

Les français souscriront moins de crédits en 2011

D'après une étude de la Fédération bancaire française (FBF) publiée ce mardi, le nombre de ménages souscrivant un crédit n'a jamais été aussi bas depuis 1995. Cette chute serait liée directement à celle des crédits à la consommation. Lire l'article

Fausse hausse du crédit-consommation au mois de novembre 2010

Suite à la baisse annoncée en octobre, les crédits à la consommation repartent à la hausse pour le mois de novembre avec une augmentation de 4,1 % sur un an. L'ASF dénonce un effet trompeur des rachats de créance, masquant une baisse générale. Lire l'article