> > Paris Europlace souhaite une épargne plus orientée vers l'économie

Paris Europlace souhaite une épargne plus orientée vers l'économie

Dans un livret blanc destiné aux candidats à la présidentielle, l'association de promotion de la place financière de Paris appelle à une réorientation de l'épargne. Paris EuroPlace souhaite ainsi favoriser les produits de long terme, notamment l'investissement en actions.

Paris Europlace souhaite une épargne plus orientée vers l'économie

L'épargne a son rôle à jouer dans la relance économique

Depuis une dizaine d'années, l'association Paris Europlace, qui fédère un grand nombre d'acteurs financiers français (émetteurs, investisseurs, banques et institutions financières ou encore des associations professionnelles) vise à promouvoir la place financière parisienne.

Dans un livret blanc présenté ce mardi 20 mars, l'association dresse vingt propositions pour relancer le financement de l'économie et la croissance durable et conforter la position internationale de la place de Paris.

Destiné directement aux candidats à la présidentielle 2012, ce livret précise le grand rôle à jouer pour l'épargne des ménages dans la relance économique française.

"Les choix qui seront faits dans les mois à venir en matière de fiscalité de l'épargne seront déterminants pour la capacité française à dégager l'épargne utile au financement de la croissance des entreprises" indique ainsi le président de l'association, Gérard Mestrallet.

Les associations souhaitent un soutien plus important de l'épargne à long terme

Pour les acteurs financiers de la place parisienne, il est essentiel que l'épargne et ses bénéfices soient orientés vers des produits plus long terme.

Dans son livret, Paris Europlace propose une optimisation, une ouverture double de cette épargne : "permettre aux particuliers d'épargner en vue de leur retraite et de la dépendance, encourager l'orientation de l'épargne vers les produits de long terme, et notamment l'investissement en actions, indispensable au financement des entreprises et de la croissance".

Les différents acteurs concernés appellent également à une consolidation par l'État des encours existants de ce type d'épargne afin de concrétiser par ailleurs une certaine "garantie de stabilité fiscale et sociale".

Dans les faits, les produits d'épargne à long terme ont de plus en plus de mal à résister aux autres épargnes proposées car voulues plus attractive par l'État comme par exemple le plan épargne logement (PEL) ou à plus grande échelle les livrets A et livrets de développement durable (LDD).

Dans ses derniers tableaux de l'Économie française, l'institut national de la statistique (INSEE) rappelle que le taux de détention par les ménages de produits d'assurance-vie ou d'épargne retraite n'était que de 48,3 % en 2010 contre 84,8 % pour les livrets d'épargne classique.

Article publié le mercredi 21 mars 2012 à 17:03 - © Credixis 2017

Articles liés

Les livrets bancaires, un placement favorisé

De plus en plus utilisés par les français, les livrets d'épargne non réglementés sont et vont être de plus en plus proposés par les banques au vue de l'entrée en vigueur de nouvelles réglementations européennes. Lire l'article

Réforme de l'assurance-vie : le Sénat favorise une épargne à long terme

Dans le cadre du projet de loi des finances 2011 (PLF), la commission des finances du sénat a adopté, mardi dernier, un nouvel amendement. Portant sur l'assurance vie, cet amendement tient à instaurer un nouveau taux préférentiel pour les contrats intégrant des actions. Lire l'article

Les Français préfèrent épargner que dépenser

Alors que la crise se poursuit sur fond de montée en flèche du taux de chômage, les Français préfèrent engranger dans leurs bas de laine plutôt que de se lancer dans les grandes dépenses. Lire l'article