> > Les prêts de la BCE sans effet pour le moment

Les prêts de la BCE sans effet pour le moment

Encore très prudentes, les banques européennes ayant souscrit un nouveau prêt auprès de la BCE préfèrent pour leur moment jouer la carte de la sécurité. Quelques 450 milliards d'euros étaient ainsi déposés en fin de semaine dernière dans les coffres de la BCE.

Les prêts de la BCE sans effet pour le moment

Des prêts à 1 % pour des dépôts à 0,25 %

Avec un taux de rémunération de seulement 0,25 %, la fonction dépôt de la Banque centrale européenne (BCE) n'a pas grand chose de séduisant. Pour les banques européennes il s'agit pourtant d'un moyen les plus sur actuellement pour placer son argent.

Bénéficiant d'un crédit exceptionnel de la BCE (prêt sur 3 ans à un taux préférentiel de seulement 1%) les quelques 523 banques européennes ayant intégré le dispositif ne se montrent pas moins méfiantes.

De par son action, la BCE souhaitait en effet, dérouiller un marché trop frileux et courbé sous les tensions récurrentes. Avec un apport financier considérable (489 milliards d'euros ont ainsi été prêtés) la BCE s'attendait ainsi à une certaine fluidification des transactions  et notamment un rachat de dette souveraine des États par les banques.

Pour le moment les marchés n'enregistrent pas vraiment de modification sur ce plan, en fait les banques préfèrent placer l'argent récolté en lieu sur, à savoir la Banque centrale européenne elle même. Ainsi, les dépôts enregistrés au jour le jour par l'institution monétaire ont battu des records mardi et mercredi dernier avec respectivement 452 milliards et 436,58 milliards d'euros de stockés en 24 heures.

Trop de méfiance selon les économistes

Pour beaucoup cette réaction est "normale" et est explicable par une confiance entre banques non retrouvée.

Pour autant, l'opération crédit de la BCE est encore récente, il serait donc mal avisé de dresser un constat noir tout de suite.  "Les banques n'allaient pas se ruer sur la dette bancaire ou publique au lendemain de cette opération" commente ainsi Cyril Regnat du groupe Natixis.

Pour les spécialistes, les effets réels du dispositif exceptionnel de prêt ne devraient pas être observables avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, le temps que les banques règlent certaines de leurs propres dettes et que les plus audacieuses prennent l'initiative.

Article publié le lundi 02 janvier 2012 à 16:01 - © Credixis 2017

Articles liés

Zone euro : la BCE annonce une hausse du déficit des comptes courants

Dans un rapport provisoire délivré ce mercredi, la BCE a annoncé une hausse de 1,6 milliards d'euros de déficit des comptes courants entre novembre et octobre 2010. Bien qu'inférieurs à 2009, les déficits enregistrées en 2010 ne cessent d'augmenter. Lire l'article

Deux des plus grandes banques américaines redressent la barre

Wells Fargo & Co. et U.S. Bancorp ont vu leurs derniers résultats trimestriels augmenter. Cerise sur le gâteau : la demande de crédit de la part des entreprises serait aussi en hausse. Lire l'article

De nouvelles craintes s'abattent sur les banques européennes

À en croire la Banque centrale européenne (BCE), le secteur bancaire du Vieux Continent demeure fragile. Principales sources d'inquiétude : les dettes souveraines et la réglementation de Bâle III. Lire l'article