> > Les livrets bancaires, un placement favorisé

Les livrets bancaires, un placement favorisé

De plus en plus utilisés par les français, les livrets d'épargne non réglementés sont et vont être de plus en plus proposés par les banques au vue de l'entrée en vigueur de nouvelles réglementations européennes.

Des livrets d'épargnes plébiscités

D'après la Banque de France (BdF), fin mars près de 165,6 milliards d'euros ont été placés sur des livrets bancaires ou livrets d'épargne non réglementés, soit, en gros, tous les livrets d'épargne autre que les livrets d'épargne populaire (LEP), livrets A et livrets développement durable (LDD).

Sur 4 mois les encours de ces produits ont augmenté de quelques 9,8 milliards d'euros.

Une motivation européenne

Ces placements, non réglementés,c'est à dire que les taux sont définis par les banques  et organismes les proposant tendent à se multiplier. Pour les banques, cet élargissement du panel d'épargnes proposées est essentiellement dû à l'entrée en vigueur d'une réglementation européenne Bâle III.

Dans cette réglementation assez compliquée figure une obligation pour les banques de détenir un certain taux d'actifs liquides, c'est à-dire des sommes facilement disponibles pour les clients. Ce dispositif est mis en place en réponse de la crise de 2008 pour palier à d'éventuelles "nouvelles crise". Toutes les dispositions des accords de Bâle III devront être ,selon les textes, opérationnelles au 31 décembre 2012.

Les livrets bancaires sont donc un bon moyen pour les banques d'obtenir ces actifs liquides. Ainsi, depuis plusieurs mois, les banques tendent à proposer de plus en plus de ces livrets, aux taux défiant parfois toute concurrence ou aux conditions plus intéressantes pour les épargnants.

Un coup dur pour l'assurance-vie

Pour la BDF, la multiplication de ces produits sur le marché contribue fortement au déclin de l'assurance-vie. Bien que restant le placement préféré des français, les assurances-vies enregistrent de fortes baisses dans leurs sommes collectées.

La BdF enregistre ainsi une baisse de 11 % des sommes collectées en janvier et sur un an, et près de 15 % en février. La principale raison de cette diminution reste cependant l'augmentation des taux de rémunération du livret A (2 % depuis le 1er février 2011).

Article publié le lundi 16 mai 2011 à 17:05 - © Credixis 2018

Articles liés

Épargne : l'assurance-vie détenue par 62 % des français

Selon l'Insee, 24 millions de français détenaient un contrat d'assurance-vie en 2010. Mis à mal ces derniers mois par l'explosion du livret A, le produit représente essentiellement pour les ménages une réserve d'argent pour pallier aux imprévus. Lire l'article

Le PEL ne sera destiné qu'au financement d'une résidence principale

Adopté par le Sénat le 13 décembre dernier, l'amendement visant à recadrer les objectifs du PEL a été approuvé par une commission mixte paritaire ce lundi. À partir de mars 2011, seule l'acquisition d'une résidence principale permettra d'ouvrir les prêts et primes allouées dans le cadre du PEL. Lire l'article

Réforme de l'assurance-vie : le Sénat favorise une épargne à long terme

Dans le cadre du projet de loi des finances 2011 (PLF), la commission des finances du sénat a adopté, mardi dernier, un nouvel amendement. Portant sur l'assurance vie, cet amendement tient à instaurer un nouveau taux préférentiel pour les contrats intégrant des actions. Lire l'article