> > Les français face à la politique immobilière (sondage Empruntis)

Les français face à la politique immobilière (sondage Empruntis)

Largement chamboulé ces derniers mois par tout un tas de réformes la politique immobilière en France, à de quoi rendre dubitatif plus d'un français. Interrogés par le courtier Empruntis, ces derniers se montrent plutôt satisfaits des avancées produites.

Les français face à la politique immobilière (sondage Empruntis)

Des dispositifs immobiliers perçus positivement

L'accession à la propriété est elle de plus en plus difficile ? Et dans quelles mesures ? Afin de se rendre compte de comment les  français perçoivent le marché immobilier, le courtier en ligne Empruntis.com a réalisé un sondage entre les mois de juillet et d'octobre 2011.

Plus exactement le courtier s'est arrêter sur la perception de la politique immobilière engagée en France et les avantages et inconvénients des dispositifs mis en place.

D'une manière générale, les outils et orientations choisies par le gouvernement sont plutôt bien accueillis mais nécessitent quelques ajustements.

Dans le magazine Challenge, la directrice de la communication d'Empruntis, Maël Bernier constate ainsi  "que les français sont très attachés aux aides à l'acquisition et que les dispositifs mis en place au cours des dernières années étaient plutôt massivement appréciés et reconnus par les candidats à l'acquisition".

Des améliorations possibles

Dans le détail, les prix restent le principal obstacle à l'accession à la propriété, qu'il s'agisse  des prix d'achat de logements ( pour 42 % des sondés), que les coûts de mise aux normes.

Pour exemple sur l'orientation d'un secteur plus écologique des efforts restent à fournir, puisque "34 % des personnes interrogées sont prêtes à faire des travaux pour améliorer la performance énergétique de leur logement", mais seulement 14 % sont prêtes à dépenser plus pour un acquérir un bien plus performant énergiquement, plus écologique.

Pour Maël Bernier l'engament écologique des français est présent mais dans une certaine mesure seulement, le prix de cet engagement restant trop rédhibitoire.

L'autre principal regret des français étant la suppression de certains dispositifs avantageux tels que le dispositif Scellier ou leur trop faible champ d'action. "38 % des sondés estiment que le PTZ + devrait s'adresser à tous les primo-accédants, sans conditions de revenus" rapporte ainsi le courtier sur son site Internet.

Article publié le mercredi 07 décembre 2011 à 19:12 - © Credixis 2017

Articles liés

L'OCDE juge l'immobilier en partie responsable de la crise

Dans une étude publiée ce jeudi et intitulée "Objectif Croissance", l'OCDE dénonce le rôle des politiques immobilières nationales sur la crise. Pour l'organisation le secteur pourrait en plus freiner la reprise économique mondiale. Lire l'article

Le PEL ne sera destiné qu'au financement d'une résidence principale

Adopté par le Sénat le 13 décembre dernier, l'amendement visant à recadrer les objectifs du PEL a été approuvé par une commission mixte paritaire ce lundi. À partir de mars 2011, seule l'acquisition d'une résidence principale permettra d'ouvrir les prêts et primes allouées dans le cadre du PEL. Lire l'article

Crédit immobilier : taux stables en novembre 2010 ?

Les taux de crédits immobiliers sont au plus bas. Enregistrés en moyenne à 3,26% début novembre, l'Observatoire Crédit Logement/CSA (organisme de caution de crédits immobiliers) prévoit une stabilité jusqu'au printemps prochain. Lire l'article