> > Les Français s'éloignent de plus en plus de leurs banques

Les Français s'éloignent de plus en plus de leurs banques

Dans un contexte de crise, les Français ont adopté un rapport assez sécuritaire. L'institut TNS Sofres constate également une certaine défiance vis-à-vis des banques due essentiellement à un sentiment de manque de clarté et d'informations.

Les Français s'éloignent de plus en plus de leurs banques

Un manque de clarté pour 87 % des Français

Pour le compte du groupe ING Direct, l'institut TNS Sofres a réalisé une enquête sur les Français et leur rapport avec l'argent.

Réalisée, en ligne, auprès de 2025 individus âgés de 18 ans et plus, représentatifs de la population française, cette étude a permis d'appréhender également certains rapports des Français avec leurs banques.

Pour l'institut, une relation distante s'installe entre les Français et leurs banques. En effet, 38 % des sondés perçoivent le passage à la banque, dans le cadre d'un projet quelconque, comme une obligation. 22 % y voient davantage une solution alors que pour 20 %, la banque peut jouer un rôle de partenaire.

L'enquête souligne également un flagrant problème de communication de la part des organismes bancaires, puisque « 87 % des Français souhaitent plus de clarté sur les tarifs » et que « 75 % sont demandeurs de plus d'informations pour gérer leur argent au quotidien ».

Un rapport plus sécuritaire avec l'argent

Sur un aspect plus général, l'étude dévoile un rapport « plus sécuritaire » entre les Français et leur argent. Ainsi, 95 % des sondés considèrent l'épargne comme « un moyen de protéger ses proches et soi-même » avant même la réalisation de projets (90 %), ou comme un moyen « de se sentir responsable » (84 %).

L'étude explique cet aspect « sécuritaire » par un phénomène social de recentralisation sur les proches en temps de crises.

Selon TNS Sofres « 81 % des Français se recentrent sur leur famille proche, une de leurs 3 priorités et souhaitent lui consacrer plus de temps (51 %). Ensuite viennent les amis pour 40 % d'entre eux, la famille au sens large pour 33 % et le travail/les études pour 22 % ».

Sur le sujet financier, de nombreux tabous existent encore, puisque « 64 % des Français considèrent qu'il n'est pas facile de parler de l'argent que l'on met de côté ». À l'inverse, les dépenses courantes, les loyers et mensualités de prêts immobiliers, mensualités de crédits à la consommation, ou encore les salaires sont des sujets beaucoup plus facilement abordés.

Article publié le jeudi 05 juillet 2012 à 15:07 - © Credixis 2017

Articles liés

L'offre de crédit repart à la hausse depuis l'automne

Selon les chiffres publiés tout début février par la Banque de France, les banques ont largement ouvert le robinet des crédits depuis l'automne en appliquant des critères d'octroi moins stricts. Une situation qui devrait perdurer jusqu'à fin mars au minimum. Lire l'article

Assurance emprunteur : l'UFC-Que Choisir autorisée à parler de détournement

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir accusée en diffamation par 93 banques françaises suite à son article sur le « scandale » de l'assurance emprunteur a été confortée dans ses propos par le tribunal de grande instance de Paris le 23 septembre dernier. Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article