> > Les Banques remontent un peu dans l'estime des Français

Les Banques remontent un peu dans l'estime des Français

Selon un sondage Posternak/Ipsos, l'image des banques, bien qu'encore assez négative, s'est améliorée depuis quelques mois dans l'esprit des Français. Les analystes invoquent une meilleure communication et une meilleure appréhension de la crise.

Les Banques remontent un peu dans l'estime des Français

Une meilleure image des banques

Permettant d'évaluer l'image des entreprises en France, le dernier baromètre Posternak/Ipsos présente une évolution favorable de l'image des banques. Parmi les 30 entreprises citées dans le sondage, les sept banques affichent toutes une évolution positive de l'indice d'image par rapport au mois de janvier 2012.

Dans le détail, le Crédit Mutuel, 9e au classement des entreprises, est présenté comme l'établissement bancaire ayant la meilleure image auprès des Français, avec un indice d'image à 48. Entre janvier et mars 2012, cet indice a ainsi grimpé de 5 points.

28e du classement et dernière des sept banques, la Société Générale, avec un indice d'image de 13, affiche la plus belle progression toutes entreprises confondues. Son indice d'image a en effet progressé de 19 points au cours du premier trimestre 2012.

Un indice d'image trimestriel

Très brièvement, le baromètre Posternak, réalisé avec l'agence Matrice, permet d'établir chaque trimestre un indice d'image de 30 entreprises françaises.

Tous les 3 mois, l'agence interroge un panel représentatif de la population française sur l'image qu'ils ont de chacune des entreprises du baromètre.

L'indice étant constitué par la différence entre :

  • le pourcentage total des réponses positives, autrement dit, le pourcentage de personnes ayant une « très bonne image » de l'entreprise + le pourcentage de ceux en ayant une « plutôt bonne image » ;
  • et le pourcentage total de réponses négatives, c'est-à-dire, le pourcentage de personnes ayant une « plutôt mauvaise image » de l'entreprise + le pourcentage de ceux en ayant une « très mauvaise image ».

 

Trois facteurs explicatifs

Pour les analystes, ce regain de popularité, bien qu'encore minime, est une excellente nouvelle. Pour expliquer ce phénomène, trois éléments de réponses sont apportés.

En premier lieu, cette évolution de l'image des banques serait due à une meilleure communication de la part des établissements bancaires et une amélioration des relations conseillers-clients.

Les deuxièmes et troisièmes facteurs d'explications sont fortement liés et découlent directement de la conjoncture actuelle.

Ainsi, l'essoufflement de la crise économique européenne et une meilleure compréhension ou du moins une meilleure appréhension du rôle réel des banques dans cette crise impliquerait une diminution de l'hostilité des Français par apport aux établissements bancaires.

« Le grand public, à grand renfort de pédagogie, commence à faire la différence entre la banque de détail et la banque d'investissement, symbole de la finance casino dans l'imaginaire collectif » détail le quotidien La Tribune en citant Éric Delannoy du cabinet Weave.

Article publié le mercredi 25 avril 2012 à 11:04 - © Credixis 2017

Articles liés

Crédit à la consommation : la reprise se fera attendre

Le rebond tant espéré par les banques sur le marché du crédit à la consommation n'est pas encore pour demain. Les français hésitent encore à dépenser et préfèrent épargner en attendant des jours meilleurs. Lire l'article

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article