> > Les banques françaises s'effondrent en bourses mais restent "solides"

Les banques françaises s'effondrent en bourses mais restent "solides"

Se prenant a crise grecque de plein fouet, la BNP Paribas, le Crédit agricole et la Société générale ont vu leurs valeurs boursière s'effondrer ces derniers jours. Le gouverneur de la Banque de France se montre néanmoins confiant sur la solidité de ces banques.

Les banques françaises s'effondrent en bourses mais restent

3 banques françaises pourraient voir leur note se dégrader

Fortement impliquées dans le plan de soutien de la Grèce, 3 banques françaises: la BNP Paribas, le Crédit agricole et la Société générale sont dans le collimateur  de l'agence de notation financière Moody's Investors Service.

En raison des grandes quantités de dette grecque qu'elles possèdent et du fait de la situation de plus incertaine quand à la résiliation du défaut économique grec,  ces 3 banques pourraient voir leur notes se dégrader, l'agence Moddy observant de près les activités des 3 groupes depuis juin et devant rendre son rapport à la mi-septembre.

Déjà en difficulté au même titre que les autres organismes bancaires côtés en bourse, les 3 groupes précités ont vu leurs valeurs boursières dégringolés ce lundi  : -11,68 % pour BNP Paribas (26,27 euros le titre), -10,07 % pour le Crédit agricole (4,85 euros) , et - 9,74 % pour la Société générale (15,80 euros).

La Banque de France se veut rassurante

Voulant éviter tout effet de panique sur les marchés, le gouverneur de la Banque de France (BdF) Christian Noyer a tenu a rappeler la solidité du réseau bancaire français.

"Quel que soit le scénario grec et donc quelles que soient les provisions à passer, les banques  françaises ont les moyens d'y faire face" a ainsi déclaré M Noyer en reprenant les arguments avancés depuis plusieurs semaines par le gouvernement.

"Les banques  françaises n'ont ni souci de liquidité, ni problème de solvabilité" a t-il indiqué, rappelant  qu'"aujourd'hui l'Eurosystème refinance les banques pour environ 500 milliards d'euros" .  De plus, "s'agissant de la solvabilité, les banques  françaises ont déjà ajouté, en deux ans, 50 milliards d'euros à leurs fonds propres et vont continuer à les augmenter en vue de l'application de Bâle 3" a ajouté le gouverneur.

Interrogé sur le question , le ministre de l'industrie, Éric Besson a écarté tout nationalisation totale ou partielle des banques françaises, jugeant une telle action "totalement prématurée".

Article publié le mardi 13 septembre 2011 à 14:09 - © Credixis 2018

Articles liés

Les gouvernements européens responsables d'une sortie de crise

Les gouvernements de la zone euro sont plus que jamais sur le qui-vive. Les États-Unis comme la BCE les tiennent pour responsables en cas d'échec de réduction de la crise grecque. Un sommet extraordinaire est prévu ce jeudi à Bruxelles. Lire l'article

Europe : le Portugal et la Grèce tombent dans l'austérité

Portugal, Grèce , même combat. Afin de pouvoir justifier de l'aide internationale, les deux États ont du adopter des plans de rigueur sans précédents. Tandis qu'à Athènes le peuple gronde, à Lisbonne le gouvernement se montre plus strict que prévu. Lire l'article

Europe : la Grèce plus en crise que jamais

En conditionnant le versement d'une aide européenne à de nouvelles mesures d'austérité de la part de l'État grecque, les ministres des finances de la zone Euro ont fait trembler les marchés ce dimanche. Lire l'article