> > Les agences immobilières face à une nouvelle concurrence

Les agences immobilières face à une nouvelle concurrence

Réalisant près de la moitié des transactions du secteur, les agences immobilières classiques doivent désormais composer avec une nouvelle concurrence que sont les mandataires ainsi qu'à la montée en puissances des ventes par Internet.

Les agences immobilières face à une nouvelle concurrence

Une concurrence moins chère pour les clients

Bien implantés aux États-Unis et en Chine, les réseaux de mandataires s'implantent petit à petit dans le paysage immobilier français.

Avec des commissions réduites, ces nouveaux professionnels grappillent ainsi peu à peu la part que tenait les agences immobilières que tenaient jusque là les agences classiques, en proposant des prestations moins chères aux demandeurs de biens immobiliers.

Dans le détail, les mandataires sont des personnes travaillant à leur compte et démarchant à domicile. Ils n'ont ainsi pas de locaux professionnels à payer et peuvent se permettre des commissions moins importantes que les agences classiques

En échange d'une participation mensuelle, ces mandataires peuvent appartenir à différents réseaux. Le plus important en France étant le réseau CapiFrance, appartenant au groupe Pinault.

Selon son directeur général, Jacques Daboudet, cité par le quotidien Libération, le réseau a ainsi réalisé via ses 1400 mandataires un chiffre d'affaire de 52 millions d'euros en 2011.

Une poussée massive de ventes par Internet

Qu'il s'agisse de professionnels ou de particuliers, les ventes par Internet créées également une autre concurrence pour les agences classiques.

Ainsi, de nombre sites spécialisés ou plus généraux permettent à l'acheteur lambda de sélectionner les offres du marché sans passer par une agence.

Selon une étude du cabinet Précepta, les annonces immobilières sur Internet ont brassé en 2011 quelques 172 millions d'euros.

Des agences dépassées

Cette "nouvelle" concurrence constitue pour les agences immobilières classiques un manque à gagner de plus en plus important.

Au sujet des mandataires, les agences traditionnelles bénéficient encore d'une image plus "professionnelle" . En revanche, peu d'argument peuvent être employés face à la montée des transactions réalisées par Internet.

Avec un marché de moins en moins accessibles, car trop cher, les agences se devront donc d'évoluer et d'adapter leurs prestations pour espérer garder leur première place.

Dans l'immobilier ancien, 40 % des ventes sont en effet réalisées par les particuliers eux-mêmes.

Article publié le mercredi 08 février 2012 à 17:02 - © Credixis 2017

Articles liés

Achat immobilier : les primo-accédants à la peine

Selon les chiffres de l'observatoire Cetelem de l'immobilier, le premier achat immobilier ressemble encore beaucoup à un parcours du combattant. Si 85% des locataires interrogés ont voulu sauter le pas, 22% ont abandonné leurs démarches en cours de route. Lire l'article

Crédits immobiliers : en mai, la durée des prêts repart à la hausse

Avec des prix immobiliers et un coût relatif d'emprunt à la hausse, les ménages peinent de plus en plus à boucler leurs plans de financements pour l'achat d'un bien immobilier. Lire l'article

Prix de l'immobilier : l'embellie avant la rechute ?

Selon les diverses statistiques disponibles, la tendance des prix dans l'immobilier est à la stabilisation voire à la hausse mais attention, cela ne pourrait être que très provisoire... Lire l'article