> > Le PTZ+ a séduit 200 000 ménages en 6 mois

Le PTZ+ a séduit 200 000 ménages en 6 mois

Lancé il y a un peu plus de six mois le nouveau prêt à taux zéro ou PTZ + continue de séduire les français. Annonçant 200 000 signatures au mardi 12 juillet, le gouvernement s'est montré très enthousiaste. Toutefois, le dispositif pourrait être de nouveau remanié.

Des objectifs atteints

Assez critiqué avant sa mise en place le 1er janvier 2011 et après une installation un peu difficile, le prêt à taux zéro plus semble séduire de plus en plus de français. D'après la ministre de l'écologie et du logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, et son secrétaire d'État, Benoist Apparu, 200 000 PTZ + auraient ainsi été contractés depuis janvier. Un chiffre perçu comme une véritable réussite du dispositif, ce dernier remplissant "tous ses objectifs, tant quantitatifs que qualitatifs".

Sur l'année, le gouvernement espère dépasser les 380 000 PTZ.

Vers une évolution plus écologique ?

Dans le cadre des politiques de développement durable le PTZ renferme déjà dans ses clauses des motivations "écologiques", avec notamment des taux plus élevés pour les bâtiments à basse consommation (BBC).

Présentant le PTZ + comme "un bon indicateur de la révolution verte du secteur du logement", la ministre de l'écologie a abordé l'idée de creuser davantage dans ce sens. En intégrant d'autres dispositions  à caractère écologique.

Parmi les premières propositions de modification, le fusionnement avec l'actuel prêt éco-PTZ est même évoqué."Une meilleure articulation avec l'éco-PTZ (donnerait) la possibilité de bénéficier du (montant) du PTZ+ correspondant à la catégorie supérieure à laquelle accèdera le bien une fois que les travaux auront été financés. C'est une vraie amélioration possible" a  ainsi indiqué  Nathalie Kosciusko-Morizet.

Pas de changements avant 2013

Placés aux avants-postes les banquiers et promoteurs ont également proposés plusieurs évolutions du dispositif, notamment concernant la forme du produit PTZ +son montant et sa durée pour les ménages. "Ce que nous disent beaucoup de banquiers, de promoteurs, c'est  qu'on aurait peut-être intérêt à augmenter le pourcentage du différé, quitte à réduire la durée" a ainsi déclaré le secrétaire d'État au logement.

Pour autant, et face aux grands chamboulement intervenus ces derniers temps dans le secteur immobilier avec la fin de dispositifs d'exonération et l'arrivée de nouveaux, l'ensemble des professionnels appellent à la patience. Une vision partagée par le gouvernement  qui préfère voir la situation se tasser du coté des acteurs et ne surtout pas inquiéter les ménages français et potentiels futurs primo-accédants, avec de nouvelles réformes.

Des motifs budgétaires sont également abordés par M. Apparu, celui-ci déclarant  :"On est prêt à bouger tant qu'on reste dans l'enveloppe de 2,6 milliards".

Ainsi, si réforme du PTZ + il y a, celle-ci ne devrait, en principe, pas apparaitre avant 2013.

Article publié le vendredi 15 juillet 2011 à 17:07 - © Credixis 2017

Articles liés

L'étiquette énergie sur l'immobilier promet un vrai séisme chez les propriétaires !

Conformément aux décisions du Grenelle de l'environnement, en janvier 2011, toutes les annonces de mise en vente ou de mise en location d'un bien immobilier devront être assorties d'une étiquette énergie. Quelles conséquences ? Explications. Lire l'article

Achat immobilier : les primo-accédants à la peine

Selon les chiffres de l'observatoire Cetelem de l'immobilier, le premier achat immobilier ressemble encore beaucoup à un parcours du combattant. Si 85% des locataires interrogés ont voulu sauter le pas, 22% ont abandonné leurs démarches en cours de route. Lire l'article

Un crédit relais sur 3 peine à être remboursé

L'Association française des usagers des banques (AFUB) mène campagne pour que l'Etat s'attaque aux douloureux sujets des crédits relais dans le cadre du projet de loi portant réforme aux crédits à la consommation. Lire l'article