> > Le déficit public encore plus faible que prévu

Le déficit public encore plus faible que prévu

Prévu initialement à 8,5 % du PIB, puis revu à la baisse à 7,7% par le gouvernement, le déficit public de l'année 2010 s'élève au final à 7,0 % selon l'Insee. La dette publique s'établit, quant à elle, à 81,7% du PIB.

Des résultats meilleurs que les prévisions.

Dans leur ensemble les chiffre dévoilés par l'institut national de la statistique et des études économiques (Insee), dans son rapport sur les comptes 2010 des administrations publiques, s'avèrent relativement positifs, allant au delà des objectifs d'économies budgétaires.

Un déficit public à 7,0 %

Défiant toutes les hypothèses et prévision, le déficit public pour l'année 2010 s'est au final établit à 7,0 % du produit intérieur brut (PIB) en 2010. En 2010, dans les premières moutures de la loi des finances , le gouvernement tablait sur un déficit à 8,5%, avant de revoir sa copie à 7,7%.

Pour le gouvernement ces dernières données sont plutôt réconfortantes. Les objectifs étant de passer sous la barre des 6 % en 2011 puis 3 % en 2013

Une dette publique en hausse mais "maitrisée"

La dette publique de la France reste très élevée, atteignant 81,7 % du PIB, soit 1591,2 milliards d'euros. malgré ce montant pharaonique, le gouvernement se dit satisfait, la croissance des dépenses publiques ayant nettement ralentie (+0,6% contre 2,3% en moyenne les dix dernières années).

Le gouvernement se félicite

La ministre de l'économie et des finances, Christine Lagarde, et le ministre du budget et des comptes publics, François Baroin se sont félicités "de cette amélioration significative". Pour les deux ministres,"ces résultats de finances publiques confortent la stratégie d'assainissement de nos comptes publics engagée par le Gouvernement après la crise de 2008-2009, fondée sur la combinaison de réformes porteuses de croissance et d'une maîtrise stricte et durable des dépenses publiques".

Pour les différents experts, si les objectifs pour 2011 sont largement tenables, les résultats pour 2012 seront le vrai test de la politique engagée avec un ralentissement de la croissance prévue pour cette année, la fin de "mesures temporaires" et surtout les élections présidentielles. La rigueur n'étant pas souvent un bon allié électoral.

Article publié le jeudi 31 mars 2011 à 17:03 - © Credixis 2017

Articles liés

Zone euro : la BCE annonce une hausse du déficit des comptes courants

Dans un rapport provisoire délivré ce mercredi, la BCE a annoncé une hausse de 1,6 milliards d'euros de déficit des comptes courants entre novembre et octobre 2010. Bien qu'inférieurs à 2009, les déficits enregistrées en 2010 ne cessent d'augmenter. Lire l'article

2011: la fin des chèques en France ?

Alors qu'ils permettent de régler 20 % des transactions en France, les chèques sont remis en question par la CCSF. Trop chers pour les banques et peu sécurisés pour les consommateurs, les chèques devraient faire l'objet de propositions sur leur utilisation au premier semestre 2011. Lire l'article

Hausse de l'endettement en France

D'après les données de la Banque de France, de novembre 2009 à octobre 2010, le nombre de dossiers de surendettement déposés aurait augmenté de 1,2 %. 216348 dossiers étaient ainsi enregistrés au mois d'octobre. Lire l'article