> > Le CSF appelé à une supervision renforcée de 29 banques européennes

Le CSF appelé à une supervision renforcée de 29 banques européennes

À l'occasion du sommet du G20, le conseil de stabilité financière a identifié 29 banques européennes présentant un risque systémique. Parmi elles figurent 4 banques françaises : la BPCE, la BNP Paribas, le Crédit agricole et la Société générale.

Le CSF appelé à une supervision renforcée de 29 banques européennes

4 banques françaises à risque systémique

Déjà affaiblies par la dégradation de leur note en septembre dernier par l'agence Moody's, le Crédit agricole et la Société générale ont essuyé un nouveau revers ce vendredi, en apparaissant dans la listes des banques systémiques du conseil de stabilité financière (CSF).

Au niveau français, la Banque populaire-Caisse d'épargne (BPCE) et la Société générale apparaissent également dans cette liste recensant au total 29 groupes bancaires européens qui devront faire l'objet d'une supervision renforcée.

Concrètement, les banques ainsi listées devront, en fonction du risque économique européen voire mondiale qu'elles représentent de par leur taille ou leur implication dans le système financier actuel, augmenter drastiquement leur fonds propre à un taux qui sera défini à l'horizon 2014 (entre 1 et 2,5 % de leur actifs pondérés).

En accord avec le plan européen, ce renflouement devra s'effectuer progressivement dès 2016 et devra être complètement tenu en 2019. Comme l'a rappelé Mario Draghi, ex-président du CSF et nouveau président de la Banque centrale européenne (BCE), ces précautions devront être prises "sans perturber l'économie réelle et faire appel aux contribuables".

Cette liste de banques "systémiques" sera actualisée tous les ans.

Parallèlement, les normes émises dans les accords dits de Bâle III restent actives. Ainsi  en 2019, les banques du monde entier se devront de présenter un ratio qualifié de "prudentiel" de 7 % minimum de fonds propres par rapport à leur capital de base.

Le CSF surveillera  aussi le système bancaire parallèle

Toujours dans ce principe de précaution, les dirigeants du G20 ont chargé le CSF et son tout nouveau patron Mark Carney, de surveiller tout particulièrement le système bancaire parallèle.

Avec plus de moyens et d'autonomie, l'organisme, au delà de la simple surveillance, devra coordonner et contrôler le système financier notamment les migrations opaques, ces transactions d'activités "à risque"  vers des entités ou organismes moins "règlementés".

Au niveau réglementation, un effort est d'ailleurs demandé au sujet de "l'intégrité et l'efficacité des marchés, notamment en faisant face aux risques posés par les transactions à haute fréquence et la liquidité opaque".

Article publié le lundi 07 novembre 2011 à 14:11 - © Credixis 2017

Articles liés

Crise : la BCE aide une nouvelle fois les banques irlandaises

Alors que les derniers tests de résistance ont définit un coût supplémentaire de 24 milliards d'euros pour le sauvetage des banques irlandaises, la BCE a décidé d'apporter à nouveau son soutien à l'Irlande en suspendant, cette fois, ses critères d'éligibilité de titres. Lire l'article

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article