> > La réforme bancaire présentée en conseil des ministres

La réforme bancaire présentée en conseil des ministres

Prônant une séparation a minima des activités de dépôts et activités de marché des banques, la « réforme bancaire » a été présentée ce mercredi en conseil des ministres. Pour les banques, cette réforme est proposée dans un moment des plus inopportuns.?

La réforme bancaire présentée en conseil des ministres

Une réforme pour limiter les opérations trop risquées

Anticipant les prochaines réformes européennes en la matière, le gouvernement français souhaite revoir le système bancaire national au plus vite.

Le projet de loi de réforme bancaire présenté ce mercredi 19 décembre en Conseil des ministres est loin de rassurer les banques.

Pour le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, cette réforme est des plus justifiée : « La crise a montré les risques élevés que présentent les opérations que les banques mettent sur les marchés financiers pour leur propre compte. C'est cela la définition des activités spéculatives ».

Grosso modo, la réforme vise à instaurer au sein des établissements bancaires, une séparation des activités de marché et des activités de dépôts, afin d'éviter « les opérations que les banques mènent avec leur propre bilan pour leur seul profit (...) en mettant en risque les dépôts de leurs clients ».

Dans les faits, cette séparation pourra se faire par un isolement, dans une filiale dédiée, des activités de compte propre.

Les banques déjà focalisées sur Bâle III

Pour l'ensemble des acteurs, cette réforme ne devrait pas trop chambouler le système bancaire français, mais nécessite tout de même une réorganisation assez conséquente.

Or ,cette réorganisation s'annonce difficile étant donné que les banques sont déjà en plein travail d'adaptation vis-à-vis des règles internationales de Bâle III.

Pour Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale, il s'agit là d'une « contrainte nouvelle qui s'ajoute au même moment à d'autres et qui va nous compliquer la vie ». « Une banque n'est pas un jeu de lego », a-t-il ajouté au micro de BFM Business.

Selon le calendrier établi, le Parlement devrait examiner le texte avant le printemps 2013.

Article publié le vendredi 21 décembre 2012 à 15:12 - © Credixis 2017

Articles liés

Le point sur la réforme de l'assurance prêt immobilier

Plus d'un mois après l'entrée en vigueur de la loi Lagarde, les avis sont partagés. Si les emprunteurs se disent satisfaits de sa mise en application, les banques font au contraire la moue. Lire l'article

De nouvelles craintes s'abattent sur les banques européennes

À en croire la Banque centrale européenne (BCE), le secteur bancaire du Vieux Continent demeure fragile. Principales sources d'inquiétude : les dettes souveraines et la réglementation de Bâle III. Lire l'article

Le "mercato" lié aux rachats de crédits bat son plein

Nombreux sont les emprunteurs à vouloir bénéficier de la baisse des taux des crédits immobiliers, surtout ceux de la fin de l'année 2008 ou du début 2009. Du coup, les changements de banque vont bon train. Lire l'article