> > La France propose une participation du secteur privé à l'aide grecque

La France propose une participation du secteur privé à l'aide grecque

Rejeté par les autorités européennes, la participation des créanciers privés au recouvrement de la dette grecque a été revu et corrigé par les banques et le Trésor public français. Un investissement du privé est ainsi proposé, mais avec certaines garanties.

Une situation tendue

À travers de longues concertations les autorités français et grands groupes bancaires se sont mis d'accord quant à une proposition d'aide à l'État Grec. Dans l'attente d'un nouveau versement de 12 milliards d'euros provenant de l'aide internationale, la Grèce se doit en effet d'adopter de nouvelles mesures de rigueur selon les termes des autorités internationales.

Face à cette situation plus que tendu, les autres États européens réfléchissent à d'autre moyen de secours, afin de sauver l'état Grecque mais surtout le marché économique européen. Ainsi , la piste d'un investissement des créanciers privés européens est de plus en plus abordée  À cette occasion, les représentants du Comité économique et financier de la zone euro et de l'institut de fiance international (IIF) ce sont réunis ce lundi matin à Rome.

Une participation du privé sécurisée ?

Dans ce contexte, la France a présenté une nouvelle proposition selon les accords et discussions du Trésor Public et des banques nationales. Dans les faits, la proposition est favorable à une intervention des créanciers privés européens mais sous certaines clauses.

Est ainsi prévu, dans ce qui n'est encore qu'un proposition, une intervention du privé avec un réinvestissement de 70 % des dettes remboursée par la Grèce dans de nouvelles obligations. Dans le détail :

  • 50 % seraient destinés à l'achat de nouveaux emprunts grecs pour une durée de 30 ans ;
  • les 20 % restant seraient réinvestis sur des  titres "zéro coupons", titres adossés au Fonds européen de stabilité financière (FSEF).

D'après le Figaro, ces titres "zéros coupons" sont " de très grande qualité" et "s'autoalimente grâce au cumul des intérêts : cette tirelire sécurise en quelque sorte les nouveaux emprunts grecs, comme l'auraient fait des garanties publiques".

Pour la Deutsche Bank, l'investissement de 20 % sur des fonds de garanties pourrait prendre deux formes :

  •  Dans le 1er cas, le FESF  (futur mécanisme de stabilité européen ou MSE) joue le rôle d'"intermédiaire" entre l'État Grec et les financeurs privés. Dans les créanciers sont  protégés d'un éventuel défaut de paiement.
  • Dans le 2ème cas,  beaucoup plus risqué, le fonds constitué des 20 % de remboursements servirait en quelque sorte de fonds de garantie, en couvrant au maximum 40 % d'une dette non payée.

Défendant le projet d'aide dégagé par les banques française, le président de la République  annoncé celui être prêt à le modifier si nécessaire. "Le projet que nous avons, on le met dans le débat comme un élément que nous espérons positif, on est prêt à l'amender aussi, le projet français n'est pas l'alpha et l'oméga" a t-il déclaré.

Article publié le lundi 27 juin 2011 à 16:06 - © Credixis 2017

Articles liés

Zone euro : la France prête à intervenir contre les spéculateurs

Zone euro : la France prête à intervenir contre les spéculateurs Présenté comme les premiers responsables de la crise économique actuelle, les spéculateurs sont dans le collimateur du gouvernement français.Des propositions d'actions pourraient être proposées dans les prochains jours par le 1er ministre. Lire l'article

Zone euro : des actions attendues par les banques

Zone euro : des actions attendues par les banques Dans un climat général tendu, plusieurs réunions européennes se sont tenues en ce début de semaine. Pour les banques nationales comme pour la BCE, il est désormais urgent de se lancer dans l'action. Le FESF devrait,lui, être fortifié d'ici la fin du mois. Lire l'article

Les gouvernements européens responsables d'une sortie de crise

Les gouvernements de la zone euro sont plus que jamais sur le qui-vive. Les États-Unis comme la BCE les tiennent pour responsables en cas d'échec de réduction de la crise grecque. Un sommet extraordinaire est prévu ce jeudi à Bruxelles. Lire l'article