> > La croissance française s'établit à +1,7 % pour 2011

La croissance française s'établit à +1,7 % pour 2011

A contrario des différentes analyses et prévisions conduites à ce jour, les dernières données de l'INSEE font état d'une croissance positive au quatrième trimestre 2011. Sur l'année 2011, le PIB aura évolué de +1,7 %.

La croissance française s'établit à +1,7 % pour 2011

Le PIB gagne 0,2 % au quatrième trimestre 2011

Les dernières prévisions de l'Institut national de la statistique (INSEE) sur l'évolution trimestriel du Produit intérieur brut (PIB) français, publiées ce mercredi 15 février, se montrent globalement positives.

Alors que les experts, économistes et autres institutions comme la Banque de France tablaient sur une croissance nulle voire négative pour le quatrième trimestre, l'INSEE présente une croissance positive de +0,2 % pour ce 4e trimestre.

Au total, sur l'année 2011, le PIB aura évolué de +1,7 % contre +1,4 % en 2010. Assez proche donc des dernières prévisions gouvernementales et celles des économistes (respectivement +1,75 % et +1,6 % en moyenne). En rappel, la croissance française a été évaluée à +0,9 % au 1er trimestre 2011, -0,1 % au 2e trimestre et +0,3 % trimestre en données corrigées.

Pour l'année 2012, les prévisions officielles s'avèrent beaucoup moins optimiste, Bercy tablant sur une croissance annuelle de +0,7 %.

Moins d'importations au 4e trimestre

Avec un net recul des importations au quatrième trimestre (-1,2 % contre +0,7 % au 3e trimestre) et des exports encore à la hausse de 1,2 % (pour les deux derniers trimestres de 2011), la balance commerciale tend à se stabiliser.

Sur l'ensemble 2011, "exportations et importations progressent au même rythme (+5,0 %) ; la contribution du solde commercial à la croissance est donc presque neutre" précise l'INSEE. Sur l'année, l'impact du commerce extérieur sur l'évolution du PIB est donc positif de 0,7 point. Une contribution néanmoins "plus que compensé par les variations de stocks qui contribuent pour -0,8 point à l'évolution de l'activité" souligne l'institut.

La consommation des ménages contribue en moyenne à +0,1 point à la croissance

Sur les dépenses de consommation, l'INSEE présente une hausse de 0,2 % pour les ménages au quatrième trimestre (contre +0,3 % le trimestre précédent) et une hausse de +0,3 % sur l'année (+1,3 % en 2010).

Concernant les dépense des administrations publiques, notées "APU", l'institut constate une évolution similaire pour les 3e et 4e trimestres 2011 (+0,2 %). Ces résultats impliquent sur l'année une hausse 0,9 % de ces dépenses (+1,2 % en 2010).

L'investissement également positif

Après une accélération de 0,2 % au troisième trimestre, les investissements marque le pas avec une évolution de +0,9 % au quatrième trimestre. Sur l'année, cette"formation brute de capital fixe (FBCF)" totale (entreprises non financières, ménages et administrations publiques) évolue de +2,9 % après avoir été négatif de 1,4 % en 2010.

Article publié le jeudi 16 février 2012 à 15:02 - © Credixis 2017

Articles liés

La consommation des ménages en baisse pour le 3ème mois consécutif

D'après les dernière donnée de l'INSEE publiées ce jeudi, la consommation des ménages en baisse pour le troisième mois consécutif (-0,8 % en mai), pourrait bien devenir un frein à la croissance française. Lire l'article

L'Insee prévoit une croissance à 2,1 % d'ici la fin de l'année

Dans ses dernières prévisions publiées ce jeudi, l'Insee se positionne sur une croissance de l'ordre de 2,1% pour la fin de l'année 2011 soit légèrement plus que le gouvernement. Selon l'étude, le deuxième trimestre devrait pourtant être très peu productif. Lire l'article

France : une croissance ralentie pour le deuxième trimestre

Dans sa première estimation trimestrielle, la Banque de France mise sur une croissance du PIB à + 0,5 %, soit un léger ralentissement par rapport au 1er trimestre, les dernières prévisions allant de + 0,7 % à + 0,8 % de janvier à mars 2011. Lire l'article