> > La Caisse d'Épargne valorise ses certificats d'économie d'énergie

La Caisse d'Épargne valorise ses certificats d'économie d'énergie

Ce jeudi 10 mai, la Caisse d'Épargne a officialisé le lancement de sa filiale Valoenergie, proposant une aide à l'obtention de certificats d'économie d'énergie et se posant comme intermédiaire entre les fournisseurs d'énergie et les clients.

La Caisse d'Épargne valorise ses certificats d'économie d'énergie

Des certificats en place depuis 2006

Depuis 2006 , le groupe bancaire Caisse d'Épargne est fortement impliqué dans le green-business via les certificats d'économie d'énergie (CEE). Souhaitant étendre ce dispositif au plus grand nombre, la banque a créé une filiale spécialisée, Valoenergie.

Instaurés par la loi d'orientation sur l'énergie du 13 juillet 2005 (JORF du 14 juillet 2005, LOI n° 2005-78), les certificats d'économie d'énergie consistent en gros à valider des actions d'économie d'énergie.

Dans ce dispositif, deux catégories d'acteurs sont à différencier :

  • les obligés, tels que les fournisseurs d'énergie ou encore les grands groupes qui s'engagent à oeuvre pour l'économie d'énergie, via des mesures directes, une surtaxe ou bien l'achat de ces CEE ;
  • les « non-obligés » qui valident, eux, leurs propres économies d'énergie par l'obtention des-dits certificats, ces certificats pouvant par la suite être rachetés par les obligés, créant ainsi un phénomène d'encouragement à l'économie d'énergie.

Une filiale verte pour la Caisse d'Épargne

En créant Valeoenergie, la Caisse d'Épargne se pose comme intermédiaire entre les obligés et les non-obligés.

La filiale Valeonergie accompagne ainsi les non-obligés dans l'obtention de leur CEE notamment via une aide administrative ou financière par le biais des différents produits du groupe Caisse d'épargne, puis par la revente de certificats aux obligés.

Pour le groupe, la création de cette filiale a pour principal motif, au-delà de bénéfices supplémentaires et de l'aspect purement environnemental, de prospecter plus en profondeur dans le green-business et de développer ainsi de nouveaux produits et solutions adaptées à ce qui est devenu aujourd'hui un marché économique à part entière.

En accord avec la loi de 2005, un bilan et une réorientation du dispositif CEE sont prévus tous les 3 ans, la deuxième période arrivant à son terme fin 2013, une consultation de l'ensemble des acteurs sera lancée le 14 mai 2012.

Article publié le vendredi 11 mai 2012 à 17:05 - © Credixis 2017

Articles liés

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

Assurance emprunteur : l'UFC-Que Choisir autorisée à parler de détournement

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir accusée en diffamation par 93 banques françaises suite à son article sur le « scandale » de l'assurance emprunteur a été confortée dans ses propos par le tribunal de grande instance de Paris le 23 septembre dernier. Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article