> > La BRI juge les gouvernements trop mous face à la crise

La BRI juge les gouvernements trop mous face à la crise

Dans son dernier rapport annuel publié ce dimanche 24 juin, la BRI a appelé à une union bancaire en pointant du doigt l'incapacité des banques centrales à gérer elles-mêmes la crise.

La BRI juge les gouvernements trop mous face à la crise

Des banques centrales impuissantes

Fustigeant le manque d'actions de la part des gouvernements européens, la Banque des règlements internationaux (BRI) dénonce dans son dernier rapport, l'établissement d'un « cercle vicieux » entre les banques et leurs créanciers parmi lesquelles figurent les banques centrales.

« Il y a des limites bien définies à ce que les banques centrales peuvent faire. Elles ne peuvent pas réparer les bilans, elles ne peuvent pas augmenter la productivité et elles ne peuvent pas placer la politique sur la voie de la pérennité », rapporte ainsi la BRI.

Pour l'établissement, il est nécessaire qu'une solution soit trouvée à plus grande échelle, afin de couper le processus « d'encombrements d'actifs » qui obligent les banques à présenter de plus en plus de garanties à leurs créanciers aux dépens de leur santé financière.

Ainsi, « malgré leurs efforts de recapitalisation, de nombreuses banques demeurent fortement endettées, notamment celles qui apparaissent bien capitalisées, mais qui en fait sont excessivement endettées », commente la BRI.

Présentée comme la « banque centrale des banques centrales », la BRI regrette en d'autres termes que les banques centrales aient dû jouer le rôle de « pompier » de crise, bien au-delà de leurs missions, objets et prérogatives, et qu'elles aient été « obligées de prolonger le stimulus monétaire, alors que les gouvernements traînent des pieds et que les ajustements sont retardés ».

L'union bancaire nécessaire pour sortir de la crise

De par les relations étroites qui existent aujourd'hui entre les banques, les États et les marchés financiers, il est primordial au sens de la BRI que des mesures et réformes internationales soient trouvées.

Le projet d'Union bancaire, bien qu'encore en discussion, semble ainsi essentiel aux yeux de la BRI et pourrait « mettre un terme à l'interaction négative entre les banques et les États [...] qui rend la crise si sévère ».

Article publié le lundi 25 juin 2012 à 14:06 - © Credixis 2017

Articles liés

Crise : les banques ont remboursé 22,7 milliards d'euros à l'État

D'après la ministre de l'économie Christine Lagarde, le plan d'aide aux banques lancé en 2008 a été des plus efficaces. Ainsi, fin mars, les 20 milliards d'euros de fonds propres prêtés ont été intégralement remboursés avec un bonus de 2,7 milliards pour l'État. Lire l'article

Les "stress tests" des banques européennes, plus sévères en 2011 ?

Montrés du doigt pour leur "trop grande facilité", les tests de résistance des banques de l'UE, devraient être plus sévères en 2011 d'après le président de l'EBA. Les prochains tests seront réalisés sur 88 banques de l'UE, les résultats seront rendus publics en juin. Lire l'article

Un rapport sur la gestion des crises bancaires remis à Bercy ce jeudi

Intitulée "prévention, traitement et résolution des crises bancaires", la mission pilotée par Jean-François Lepetit et Thierry Dissaux a remis son rapport à la ministre de l'économie ce jeudi. Différents instruments et mesures de gestion sont ainsi proposés. Lire l'article