> > La Banque de France s'attend à un recul du PIB au troisième trimestre

La Banque de France s'attend à un recul du PIB au troisième trimestre

Constatant un léger repli des différents indicateurs du climat des affaires en juillet, la BdF avance, en première estimation, un recul de PIB de 0,1 % au 3e trimestre. Si ces dernières prévisions sont exactes, la France entrerait de fait en récession.

La Banque de France s'attend à un recul du PIB au troisième trimestre

Le PIB en recul de 0,1 % au T3

Dans sa dernière note de conjoncture publiée ce mercredi 8 août, la Banque de France (BdF) note une dégradation générale du climat des affaires.

Dans le détail, la BdF note un recul de l'activité industrielle pour le mois de juillet, constatant une légère contraction des taux d'utilisation des capacités de production, des carnets de commandes, ainsi que des stocks. Les prix du secteur sont, eux, restés stables.

Pour le mois de juillet, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie (ICAI) est donc établi à 90, contre 91 en juin.

Concernant les services, la tendance serait plutôt à la stabilité selon la BdF. Stabilité de l'activité et des prix malgré une légère hausse des effectifs. Tout comme l'ICAI, l'indicateur du climat des affaires dans les services (ICAS) est noté à 90 en juillet contre 91 en juin.

Aux vues de ces différentes évolutions et des prévisions orientées « vers un léger tassement de l'activité » dans l'industrie, et une « stabilité de l'activité à court terme » dans les services, la BdF table en toute première estimation sur une croissance française négative au troisième trimestre.

« Selon l'indicateur synthétique mensuel d'activité (ISMA), le produit intérieur brut [PIB] diminuerait de 0,1 % au troisième trimestre 2012 », note la Banque de France dans sa note de conjoncture mensuelle.

La France dans un état de récession

Par définition, la récession économique d'un pays survient lorsque son taux de croissance du PIB diminue pendant au moins deux trimestres continus. La Banque de France prévoyant déjà un recul du PIB de 0,1 % au second trimestre 2012, si ses dernières prévisions s'avèrent exactes, la France entrerait de fait dans un état de récession économique.

Bien qu'inquiétants, ces résultats sont toutefois à nuancer étant donné qu'il s'agit là d'une première estimation, basée sur les évolutions de la production industrielle et de l'activité des services de juillet, la tendance pouvant encore s'inverser en deux mois.

Beaucoup plus optimiste, l'Institut national de la statistique (Insee) prévoit pour sa part une croissance positive de 0,1 % au 3e trimestre 2012 après une croissance de +0,0 % pour les 1ers et 2ds trimestres.

Article publié le mercredi 08 août 2012 à 10:08 - © Credixis 2017

Articles liés

Croissance : +0,2 % du PIB au 3ème trimestre (BdF)

Croissance : +0,2 % du PIB au 3ème trimestre (BdF) Tandis que l'INSEE prévoit pour le 3ème trimestre une hausse de la croissance française de l'ordre de 0,5 %, la Banque de France se montre moins optimiste, optant pour une augmentation de 0,2 % du PIB en premières estimations ce lundi. Lire l'article

Croissance : le climat des affaires refroidit les prévisions de la BdF

Constatant une baisse générale du climat des affaires, la Banque de France est revenue sur ses prévisions quant à l'évolution de la croissance française au 2ème trimestre. Après une 1ère estimation à + 0,5 % la BdF se positionne désormais sur un chiffre de + 0,4 %. Lire l'article

PIB : La Banque de France vise une croissance à 0,8 % au 1er trimestre

Dans sa dernière enquête mensuelle de conjoncture, la Banque de France s'est montrée plus optimiste que l'Insee et Natixis en annonçant une croissance du PIB à 0,8 %. Cette prévision conforte les objectifs de l'État, qui vise une croissance à 2% fin 2011. Lire l'article