> > L'INSEE valide une croissance nulle au 1er trimestre 2012

L'INSEE valide une croissance nulle au 1er trimestre 2012

Dans ses dernières prévisions publiées ce mardi 15 mai 2012, l'INSEE présente une évolution nulle (0,0 %) pour le premier trimestre 2012. L'institut invoque de faibles dépenses de consommation des ménages ainsi qu'un solde extérieur négatif.

L'INSEE valide une croissance nulle au 1er trimestre 2012

Une croissance française au ralenti

Après une très légère progression au quatrième trimestre 2011(+ 0,1 %), l'évolution du produit intérieur brut (PIB) français est stable au 1er trimestre 2012, selon les premiers résultats validés par l'Institut national de la statistique (INSEE).

Sur un an la croissance reste légèrement positive à +0,2 %. Sur l'ensemble de l'année 2011, elle était positive de +1,7 % par rapport à 2010.

Une production et des dépenses de consommation trop faibles

Sur le premier trimestre 2012, la production de biens et services a de nouveau ralenti, restant positive de seulement 0,1 % contre +0,2 % le trimestre précédent.

?Dans le détail, l'INSEE présente une production énergétique à la hausse sur les trois premiers de l'année ( +2,1 %) contre -1,6 %le trimestre précédent. Plus faiblement, la production de services augmente également (+ 0,2 %).

À l'inverse, la production de biens manufacturés a diminué de 0,8 % ce premier trimestre 2012, alors qu'elle était encore positive de 0,3 % au quatrième trimestre 2011.

Les ménages ont peu dépensé au 1er trimestre

Sur trois mois, les dépenses des consommations des ménages sont restées relativement faibles (+0,1 %), malgré une nette hausse des dépenses énergétiques (+7,6 %). L'évolution des dépenses en services est enregistrée à +0,1 %, tandis que celles relatives aux produits manufacturés tombent à -0,5 %.

Avec une formation brute de capital fixe (FBCF) négatif à -0,8 %, la demande intérieure finale (hors stocks) totale est très faible pour le début de l'année 2012. « Sa contribution à la croissance du PIB est de +0,1 point au premier trimestre, après +0,3 point fin 2011 » précise l'INSEE.

Le solde extérieur contribue négativement à la croissance ce trimestre

En parallèle, la balance extérieure s'est renversée par rapport à la fin 2011. En effet, les exportations ont ralenti entre la fin 2011 et le début 2012, passant de 1,1 % à 0,3 %, alors que le volume des importations a lui largement augmenté (+0,7 % après –1,4 %).

« En conséquence, le solde extérieur a une contribution négative à l'évolution du PIB (–0,1 point, après +0,7 point) », annonce ainsi l'Institut.

Enfin, l'importance des stocks dans la croissance économique française est relativement négligeable ce trimestre. Puisqu'entre janvier et mars 2012, le comportement de stockage des entreprises ne contribue qu'à +0,1 point à l'évolution de l'activité.

Article publié le mardi 15 mai 2012 à 16:05 - © Credixis 2017

Articles liés

L'Insee prévoit une croissance à 2,1 % d'ici la fin de l'année

Dans ses dernières prévisions publiées ce jeudi, l'Insee se positionne sur une croissance de l'ordre de 2,1% pour la fin de l'année 2011 soit légèrement plus que le gouvernement. Selon l'étude, le deuxième trimestre devrait pourtant être très peu productif. Lire l'article

Consommation : le moral des français reste faible

D'après les données de l'Insee, les ménages français restent pessimistes quant à l'évolution de leur pouvoir d'achat, et du marché de l'emploi. Face au spectre de l'inflation et du chômage, les français consomment avec modération. Lire l'article

France : hausse de la consommation de 2,8 % en novembre

D'après les données de l'Insee publiées jeudi, la consommation des ménages en produits facturés a augmenté de 2,8 % en novembre. Au mois d'octobre, elle avait diminué de 0,6 %. Pour le gouvernement, il s'agit d'un niveau "historiquement élevé". Lire l'article