> > Immobilier: une hausse des prix prévue jusqu'en 2015

Immobilier: une hausse des prix prévue jusqu'en 2015

D'après le cabinet d'études Xerfi, le prix des logements en France devrait continuer à augmenter jusqu'en 2015. Cette hausse devrait concerner aussi bien le logement neuf que l'ancien, mais dans une mesure moindre qu'en 2010.

Une hausse générale des prix de l'immobilier

D'après l'étude, le prix des logements neufs devraient s'envoler, "en raison du coût du foncier et des nouvelles normes de construction des bâtiments basse consommation (BBC)".

Concernant les logements anciens, les coûts d'acquisition devraient également augmenter, de manière beaucoup plus prononcée à Paris et dans les grandes métropoles. Cette prévision s'accorde avec les dernières estimations de Notaires de France, qui misaient sur une hausse des prix de près de 10 % en 2011, pour l'immobilier ancien dans les grandes métropoles.

Trois facteurs d'augmentation

Pour expliquer cette hausse, le spécialiste des études économiques sectorielles s'appuie sur trois principaux facteurs : un maintien des taux de crédit à un niveau relativement bas, une volonté d'accession des ménages croissante, et une différence entre l'offre et la demande de plus en plus marquée.

Des prix élevés mais des taux bas.

Pour le cabinet, les taux de crédits immobiliers devraient rester assez faibles en raison notamment des faibles perspectives de croissance de la zone euro. D'après Vincent Desruelles expert auprès de Xerfi, bien qu'une hausse des taux des crédits devrait être enregistrée, celle-ci "ne sera pas suffisamment forte pour être handicapante". Ce dernier table sur un taux moyen pour les près à long terme d'environ 5,20 % à l'horizon 2015.

Une demande supérieure à l'offre

En tenant compte des prévisions socio-démographiques, Xerfi s'attend à une hausse de la demande, portée notamment par une poussé démographique du nombre de ménages ou encore par un vieillissement de la population.

D'après l'étude, "les transactions vont peu à peu repartir pour retrouver un niveau équivalent à celui de la fin des années 90, soit près de 700 000 par an".

Article publié le vendredi 18 février 2011 à 17:02 - © Credixis 2017

Articles liés

Les prix de l'immobilier en hausse à cause du PTZ Plus ?

L'application du futur PTZ Plus fait grincer des dents. Certains professionnels, à l'image d'Henry Buzy-Cazaux, prévoient déjà un éventuel effet pervers du dispositif... Lire l'article

Prix de l'immobilier : une envolée toute relative

S'il existe bel et bien une recrudescence des tarifs en matière d'habitation, celle-ci est à modérer selon les zones géographiques. C'est à Paris et à Lyon que l'on trouve les logements les plus chers. Lire l'article

Les prix de l'immobilier de nouveau orientés à la hausse

Même si la crise inquiète toujours, la confiance revient dans l'immobilier comme l'attestent les mesures du dernier baromètre du groupe de Particulier à Particulier PAP, le site seloger.com et les réseaux d'agences Laforêt et Fnaim. Lire l'article