> > Immobilier : l'OCDE préconise une hausse des taxes

Immobilier : l'OCDE préconise une hausse des taxes

Dans son dernier rapport relatif aux perspectives économiques de ses pays membres, l'OCDE présente plusieurs propositions d'action pour rééquilibrer les budgets nationaux. L'organisation prône ainsi un relèvement de la fiscalité immobilière française.

Immobilier : l'OCDE préconise une hausse des taxes

Plus de taxes sur l'immobilier pour un meilleur équilibre budgétaire

Les dernières perspectives économiques de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sont assez dures avec le marché immobilier français.

Émettant plusieurs propositions quant aux évolutions possibles ou souhaitables pour faire remonter l'économie de ses pays membres, l'OCDE préconise ainsi un nouveau durcissement de la fiscalité immobilière française.

Dans les faits, l'OCDE appelle ses pays membres à plus de rigueur budgétaire, une rigueur qui au sens de l'OCDE et pour le cas français, ne devrait pas peser sur le marché du travail, mais sur celui de l'immobilier, ce marché n'étant pas « délocalisable », contrairement au premier.

Un marché pourtant déjà difficile

Ainsi, l'OCDE préconise une hausse des taxes sur l'ensemble des transactions immobilières, du patrimoine détenu et des successions.

Un plan d'action qui risque donc d'être fortement désapprouvé en France vu les spécificités du pays en la matière.

En effet, le modèle français est l'un des plus durs d'Europe avec une taxation du marché représentant près de 3,4 % du produit intérieur brut (PIB), selon les chiffres de l'Organisation et de l'agence européenne de statistique (Eurostat) cités par le quotidien Libération.

À titre de comparaison en Italie, Suède et Allemagne, ce taux est de respectivement 1,9 % ; 1,1 % et 0,8 % du PIB.

Pour autant, l'OCDE estime dans son rapport que « des marges importantes existent pour rééquilibrer la structure fiscale ».

Une contrepartie à la diminution du coût du travail

En parallèle et dans l'optique d'une relance du marché de l'emploi, l'OCDE souhaiterait voir baisser le coût du travail, via une diminution des cotisations sociales prélevées sur les salaires par exemple.

Ainsi, la hausse des taxes liées à l'immobilier servirait, a minima, à compenser une baisse appliquée au marché de l'emploi.

Article publié le jeudi 24 mai 2012 à 15:05 - © Credixis 2017

Articles liés

Les ménages français plus riches grâce à l'immobilier ?

D'après les Cahiers de l'Épargne, les ménages français seraient plus riches en 2010. Cette hausse serait intimement liée à la hausse de l'immobilier. En effet, 58 % des français seraient propriétaires en 2010. Lire l'article

Réforme de la fiscalité : l'ISF et le bouclier fiscal supprimés

La suppression de l'Impôt sur la fortune (ISF) et du bouclier fiscal a été confirmée par le gouvernement cette semaine. Afin de compenser les pertes budgétaires de cette suppression, un nouvel impôt sur "les revenus et les plus-values du patrimoine" serait ainsi proposé. Lire l'article

Prix de l'immobilier : la hausse ne devrait pas se généraliser

Alors que les taux d'emprunts immobiliers s'effondrent et que le nombre des transactions enregistré repart à la hausse, les vendeurs sont tentés de donner un coup de pouce au prix de leurs biens ! Lire l'article