> > Immobilier : les prix, encore à la hausse, devraient se stabiliser

Immobilier : les prix, encore à la hausse, devraient se stabiliser

Alors que pap.fr annonce une nouvelle hausse des prix des logements (appartements et maisons) au mois de mars, seloger.com annonce une stabilisation qui devrait durer jusqu'à la fin de l'année.

Le prix des maisons en hausse pour la 17ème fois consécutive

Le marché de l'immobilier a t il perdu les pédales ? C'est du moins ce que laissent penser les différents experts suite à la nouvelle hausse enregistrée au mois de mars. D'après le spécialiste de la transaction immobilière pap.fr, il s'agit du 17ème mois consécutif que le prix des maisons augmente et du 5ème pour les appartements.

Ainsi, pour les maisons, les prix à la vente ont augmenté au mois de mars de :

  • 0,97 % sur un mois ;
  • 2,37 % depuis le 1er janvier ;
  • et 12,33 % sur un an.

Pour les appartements, l'augmentation pour ce mois de mars a été de :

  • 0,24 % sur un mois ;
  • 0,76 % depuis le 1er janvier ;
  • et de 4,54 % sur un an.

En moyenne, le prix du m² aurait ainsi dépassé les 8000 euros d'après le baromètre Efficity.

Vers une stabilisation des prix ?

Selon les spécialistes, la flambée des prix devrait bientôt s'éteindre, du moins jusqu'à la fin 2011. Deux raisons sont alors évoquées : des signes d'essoufflement du marché ainsi que la remontée en flèche des taux de crédits immobiliers.

Ainsi, la fédération nationale de l'immobilier (FNAIM) constate une baisse des prix d'appartement ancien de l'ordre de 0,3 % en moyenne sur les 3 derniers mois par rapport au 4ème trimestre 2010. Cette baisse atteignant jusqu'à 2 % en Île-de-France. À Paris, pour certains quartiers, le groupe Kaufman & Broad prévoit une diminution de 5 à 10 % dans l'ancien, sur l'année.

Autre facteur d'une stabilisation des prix, la hausse des taux des crédit immobiliers, continue depuis décembre et qui ne devrait pas se calmer d'ici la fin de l'année. La remontée des taux agissant comme un effet de contrepoids sur les prix, plus les prêts immobiliers sont "chers", moins il y aura d'acheteurs potentiels à en contracter et donc moins d'acheteurs au final à pouvoir financer des projets immobiliers ou acquérir un logement. Les vendeurs seront donc dans l'obligation de baisser leurs tarifs s'ils veulent trouver des acquéreurs.

Pour l'agence immobilière Century 21 "en 2011, nous allons assister à une correction permanente. Tout cela est plutôt sain".

Article publié le mercredi 13 avril 2011 à 15:04 - © Credixis 2017

Articles liés

Prix de l'immobilier : la hausse ne devrait pas se généraliser

Alors que les taux d'emprunts immobiliers s'effondrent et que le nombre des transactions enregistré repart à la hausse, les vendeurs sont tentés de donner un coup de pouce au prix de leurs biens ! Lire l'article

Prix de l'immobilier : une envolée toute relative

S'il existe bel et bien une recrudescence des tarifs en matière d'habitation, celle-ci est à modérer selon les zones géographiques. C'est à Paris et à Lyon que l'on trouve les logements les plus chers. Lire l'article

Les prix de l'immobilier de nouveau orientés à la hausse

Même si la crise inquiète toujours, la confiance revient dans l'immobilier comme l'attestent les mesures du dernier baromètre du groupe de Particulier à Particulier PAP, le site seloger.com et les réseaux d'agences Laforêt et Fnaim. Lire l'article