> > L'immobilier et les banques pourraient être l'objet de nouvelles taxes

L'immobilier et les banques pourraient être l'objet de nouvelles taxes

Présentés comme des secteurs « abrités de l'économie » par Arnaud Montebourg, les banques et l'immobilier pourraient faire l'objet de nouvelles taxes de la part du gouvernement. La Fnaim proteste.?

L'immobilier et les banques pourraient être l'objet de nouvelles taxes

Pas de hausse de la TVA et de la CSG

Ce dimanche, le ministre du Redressement économique Arnaud Montebourg a présenté de nouvelles pistes d'économies nationales lors de l'émission trimédiatique « le Grand Rendez-vous » réunissant chaque semaine Europe1, i>TELE et le quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Revenant sur la fiscalité des entreprises françaises et de leur compétitivité, le ministre s'est dit opposé à une nouvelle des cotisations sociales, prônant même une diminution de ces charges en contrepartie d'un « investissement productif » des entreprises.

M. Montebourg, s'est ainsi dit « opposé » à une nouvelle action sur la TVA et la CSG, de « vieilles recettes » qui selon lui n'auraient pour effet que de « déstabiliser la consommation » et « affaiblir l'économie » en impactant inexorablement le pouvoir d'achat des ménages.

Les banques et l'immobilier de nouvelles cibles potentielles d'économies nationales

Pour le ministre, de nouvelles pistes doivent donc être recherchées et notamment dans les secteurs « abrités de l'économie [...] qui font beaucoup d'argent sans finalement trop se fatiguer », ce dernier citant ainsi deux secteurs préférentiels d'actions : le secteur bancaire et le secteur immobilier.

Selon Arnaud Montebourg, le secteur bancaire « gagne beaucoup d'argent », et « devrait contribuer davantage après avoir d'ailleurs causé beaucoup de tort à l'économie mondiale », précisant qu'il s'agit d'un secteur « abrité, peu concurrentiel, et finalement très profitable qui devrait participer à l'effort national en finançant les baisses de charges, sur le reste de l'économie ».

La Fnaim craint un écroulement du secteur

Dénonçant un plan à la portée catastrophique, le président de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim), Jean-François Buet, a demandé ce mardi 9 octobre une entrevue d'urgence avec le ministre ainsi qu'une « délégation de la profession ».

Pour M. Buet, une mise à contribution du secteur de l'immobilier « pour relancer la compétitivité en baissant la charge des entreprises », constituerait de fait une « attaque supplémentaire sur le budget des ménages [...] qui mettrait en péril les 30 000 entreprises (agences immobilières et administrateurs de bien) qui représentent plus de 200 000 emplois, sans compter les emplois induits ».

Article publié le mardi 09 octobre 2012 à 17:10 - © Credixis 2017

Articles liés

ISF : la Fnaim contre des taxes supplémentaires sur l'immobilier

Tandis que le gouvernement table sur de nouveaux moyens pour compenser la modification de l'ISF, la fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) a dénoncé aujourd'hui les possibles projets de taxes supplémentaires sur l'immobilier. Lire l'article

Prix de l'immobilier : la hausse ne devrait pas se généraliser

Alors que les taux d'emprunts immobiliers s'effondrent et que le nombre des transactions enregistré repart à la hausse, les vendeurs sont tentés de donner un coup de pouce au prix de leurs biens ! Lire l'article

L'étiquette énergie sur l'immobilier promet un vrai séisme chez les propriétaires !

Conformément aux décisions du Grenelle de l'environnement, en janvier 2011, toutes les annonces de mise en vente ou de mise en location d'un bien immobilier devront être assorties d'une étiquette énergie. Quelles conséquences ? Explications. Lire l'article