> > Immobilier : dur, dur d'être primo-accédant...

Immobilier : dur, dur d'être primo-accédant...

Déjà à la traîne au niveau européen (seulement 57 % des ménages sont propriétaires), la France ne risque pas d'améliorer sa situation si l'on se réfère à l'étude réalisée par l'observatoire Cetelem de l'immobilier.

Selon cette étude, la route qui mène au premier achat est effectivement semée d'embûches. Pas l'idéal au vu de la conjoncture actuelle, alors que les primo-accédants, représentant près d'un tiers des propriétaires, sont un facteur essentiel de la croissance du marché français de l'immobilier.

Avoir des parents propriétaires aide beaucoup...

Un certain nombre d'obstacles se dresse donc face aux primo-accédants. Ainsi, 23 % d'entre eux ont dû visiter plus de dix logements avant de trouver leur bonheur, contre seulement 10 % pour les autres.

11 % des primo-accédants déclarent par ailleurs avoir essuyé au moins un refus de crédit immobilier, contre seulement 2 % de ceux ayant déjà acheté. La difficulté à obtenir un prêt est par conséquent la première cause d'abandon de projet.

La situation se gâte davantage pour les "mono-ménages", ces locataires vivant seuls pour diverses raisons (célibat, divorce, séparation, etc). Ils ne peuvent que très rarement accéder à la propriété (n'ayant pas de conjoints sur lesquels s'appuyer financièrement), quand bien même ils représentent 44 % des foyers en France.

Et alors que les primo-accédants ne disposent en temps normal que d'un apport assez faible, avoir des parents propriétaires devient un luxe non négligeable pour devenir à son tour "proprio". En ce sens, les statistiques parlent d'elles-mêmes : 88 % des primo-accédants récents ont des parents propriétaires, qui sont en outre leurs premiers conseillers en terme d'achat de logement.

Un avenir qui s'annonce tout, sauf radieux

Malgré ces cas particuliers, les experts craignent que la situation globale ne se complique encore un peu plus dans les semaines à venir. Les prix des logements ont repris leur courbe ascendante depuis quelques mois, rattrapant dans certains endroits les niveaux d'avant crise. En parallèle, le doublement du prêt à taux zéro (qui permettait d'emprunter sans frais jusqu'à 65 100 euros) s'est achevé le 30 juin.

Quant au gouvernement, il a entrepris une réorganisation totale du dispositif d'aides à l'accession. Le pass foncier (permettant de construire son logement et de posséder le terrain plus tard) et la déductibilité des intérêts d'emprunt, sont déjà remis en cause. Benoist Apparu, le secrétaire d'État au Logement, doit présenter ses nouvelles mesures d'aide à l'accession avec le double objectif d'être efficace et surtout moins dispendieux pour l'État.

Article publié le jeudi 01 juillet 2010 à 15:07 - © Credixis 2018

Votre projet de crédit hypothécaire

Vous avez un projet de crédit hypothécaire ? Remplissez votre demande en ligne !

Un conseiller spécialisé "crédit hypothécaire" étudiera votre dossier avec la plus grande attention, et vous contactera dans les meilleurs délais

Demande en ligne

Articles liés

Les banques ajoutent de nouveaux taux fixes de crédit

À en croire les informations de la société de courtage Cafpi (spécialisée dans l'immobilier), les taux fixes à moins de 3,50 % sur 20 ans figurent désormais dans les grilles tarifaires des banques. Lire l'article

Crédits immobiliers : les taux d'intérêt toujours à la baisse

Selon les chiffres de l'Observatoire Crédit Logement / CSA, les taux d'intérêt des crédits immobiliers ont continué de baisser en mai pour se rapprocher de leur plancher historique. Lire l'article

Les prix de l'immobilier de nouveau orientés à la hausse

Même si la crise inquiète toujours, la confiance revient dans l'immobilier comme l'attestent les mesures du dernier baromètre du groupe de Particulier à Particulier PAP, le site seloger.com et les réseaux d'agences Laforêt et Fnaim. Lire l'article