> > Grèce : une sortie de l'Euro désormais envisageable

Grèce : une sortie de l'Euro désormais envisageable

Annoncée depuis de longs mois par certains économistes, la sortie de la Grèce de la Zone Euro commence à être envisagée par les plus grandes instances internationales. Pour les autorités en question, le maintien de la Grèce reste la seule unique piste de travail.

Grèce : une sortie de l'Euro désormais envisageable

La BCE et la Commission européenne démentent la mise en place d'un « plan de sortie »

Avec une dette toujours plus pesante et une montée en puissance des extrémismes nationaux, anti-Europe, beaucoup d'experts et économistes de haut rang s'attendent à une sortie de la Grèce de la zone euro.

Vendredi 18 mai, Karel De Gucht, commissaire au Commerce de la Commission européenne (CE), annonçait ainsi la mise en place d'un plan d'urgence de sortie par la CE et la Banque centrale européenne (BCE).

Une nouvelle rapidement démentie par les autorités en question par la personne d'Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, et de Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE.?

Pour M. Asmussen, le seul plan travaillé à ce jour consiste, au contraire, à un maintien de la Grèce dans la zone euro, en gardant un pacte budgétaire européen inchangé, mais en y ajoutant, éventuellement, un pacte de croissance.

Quels que soient les plans et mesures mis en places, les prochaines élections législatives grecques, prévues le 17 juin prochain seront décisives pour le maintien ou non de l'État hellène dans l'Europe.

Les banques grecques durement secouées

Bien que très affaiblis, les organismes bancaires grecs disent tenir le choc face à cette nouvelle crise. Pour ces établissements, les annonces faites de retraits massifs et d'épuisement des fonds sont infondées.

La Banque de Grèce (BdG) note même une légère amélioration, malgré des mois de janvier et février très durs « nous avions d'importants écoulements, en matière d'actifs, de 5 milliards sur une base mensuelle », soit une baisse nette de « 8,5 % des dépôts enregistrés » rapporte ainsi M. Maginas de la BdG.

Pour ce dernier, « les retraits actuels ne sont pas aussi importants que ceux enregistrés au début de l'année ».

Selon diverses sources du quotidien français La Tribune , quatre des principales banques grecques devraient recevoir, dans les jours qui viennent, une aide à la recapitalisation de 18 milliards d'euros sous forme d'obligations du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Article publié le mardi 22 mai 2012 à 16:05 - © Credixis 2017

Articles liés

La récession grecque bloque l'aide internationale

La récession grecque bloque l'aide internationale Avec une récession plus marquée que prévue, la Grèce ne s'en sort plus. Une raison suffisante au sens des organismes internationaux pour geler la mission d'évaluation nécessaire à la délivrance de toute aide. Lire l'article

Les gouvernements européens responsables d'une sortie de crise

Les gouvernements de la zone euro sont plus que jamais sur le qui-vive. Les États-Unis comme la BCE les tiennent pour responsables en cas d'échec de réduction de la crise grecque. Un sommet extraordinaire est prévu ce jeudi à Bruxelles. Lire l'article

La France propose une participation du secteur privé à l'aide grecque

Rejeté par les autorités européennes, la participation des créanciers privés au recouvrement de la dette grecque a été revu et corrigé par les banques et le Trésor public français. Un investissement du privé est ainsi proposé, mais avec certaines garanties. Lire l'article