> > France : une croissance ralentie pour le deuxième trimestre

France : une croissance ralentie pour le deuxième trimestre

Dans sa première estimation trimestrielle, la Banque de France mise sur une croissance du PIB à + 0,5 %, soit un léger ralentissement par rapport au 1er trimestre, les dernières prévisions allant de + 0,7 % à + 0,8 % de janvier à mars 2011.

Un deuxième trimestre à 0,5 %

D'après les dernières données publiées par la Banque de France (BdF) ce lundi, le produit intérieur brut (PIB) devrait progresser de 0,5 % au deuxième trimestre 2011. Une estimation reprise par le groupe BNP Paribas, qui table sur une croissance trimestrielle stable pour une  croissance sur l'année de 2 à 2,1 %.

De son côté l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) se montre plus prudent  pour ce trimestre et table, lui sur une croissance de + 0,4 %.

Pour le premier trimestre, la BdF a fixé ses dernières estimations à +0,7 % contre + 0,8 % pour BNP Paribas. Les chiffres réels seront rendus publics le vendredi 13 mai.

Une croissance soutenue pour les services

D'après la Banque de France, le secteur des services, soutenu essentiellement par les transports et les services informatiques, devrait enregistrer une belle croissance de son activité.

Dans le détail,  l'indice d'activité gagne deux points. Le secteur est particulièrement marqué au mois d'avril par un net ralentissement de l'évolution des prix, et par une hausse des effectifs. Le tout malgré un ralentissement du travail temporaire.

L'activité industrielle modérée

Pour la BdF, "la progression de l'activité industrielle d'avril est restée modérée dans l'ensemble. La croissance observée dans l'agroalimentaire et les autres produits industriels a été en partie compensée par une nouvelle baisse de la production dans l'automobile et d'un recul dans la fabrication d'équipements".

Dans le détail, le niveau des stocks de produits finis reste stable, tandis que  le niveau des carnets de commande, malgré un score toujours élevé diminue légèrement au mois d'avril. au vu de  ces données et de la stabilité du taux d'utilisation des capacités de production, la BdF table sur un maintien du rythme de croissance de l'activité dans les mois à suivre.

Un climat des affaires dégradé

Pour la Banque de France,  la dégradation du climat des affaires est majoritairement responsable du ralentissement observé en terme de croissance du PIB.

En effet, pour le mois d'avril l'indicateur de climat des affaires était respectivement pour l'industrie et les services de 107 et 102 points. Au mois de mars, il s'établissait à 110 et 103 points. Pour BNP Paribas,"il s'agit de la plus forte baisse observée depuis le début de la crise, fin 2008".

Article publié le lundi 09 mai 2011 à 16:05 - © Credixis 2018

Articles liés

Croissance : le climat des affaires refroidit les prévisions de la BdF

Constatant une baisse générale du climat des affaires, la Banque de France est revenue sur ses prévisions quant à l'évolution de la croissance française au 2ème trimestre. Après une 1ère estimation à + 0,5 % la BdF se positionne désormais sur un chiffre de + 0,4 %. Lire l'article

PIB : la croissance à la hausse au premier trimestre

Les dernières données de l'INSEE publiées ce vendredi font état d'une hausse inattendue de la croissance économique au 1er trimestre 2011. Avec + 1 % l'évolution du PIB dépasse les prédictions les plus optimistes. Lire l'article

PIB : La Banque de France vise une croissance à 0,8 % au 1er trimestre

Dans sa dernière enquête mensuelle de conjoncture, la Banque de France s'est montrée plus optimiste que l'Insee et Natixis en annonçant une croissance du PIB à 0,8 %. Cette prévision conforte les objectifs de l'État, qui vise une croissance à 2% fin 2011. Lire l'article