> > Forte baisse de la consommation des ménages français en avril

Forte baisse de la consommation des ménages français en avril

Après une baisse de 1 % enregistrée au mois de mars, la consommation sur un mois des ménages français a reculé de 1,8 % en avril selon l'INSEE. Pour l'institut, l'effet de fin des primes à la casses et le climat sont principalement responsables de cette baisse.

- 0,1 % sur un an

Contre-balançant les bons résultats enregistré dans le domaine de l'emploi, la consommation française est en berne au mois d'avril. D'après l'institut national de la statistique (INSEE), la consommation s'écroule ainsi de 1,8 % en un mois, soit une baisse 0,1 % par au mois d'avril 2010.

Dans le détail, l'institut observe une baisse notable dans les dépenses en énergie avec -3,2 % en avril après une première baisse de - 0,7 % en mars. Une diminution qui reste toutefois logique au vu de la météo de ce mois d'avril présenté comme l'un des plus chauds depuis un siècle.

Fait plus important  les achats de biens durables reculent de 6,3 %. la encore l'institut tiens son explication. "Après un premier trimestre encore bien orienté compte tenu des délais nécessaires pour honorer les livraisons des commandes passées fin 2010, [les achats de véhicules] subissent le contrecoup de la suppression de la prime à la casse au 1er janvier 2011". En effet, après une baisse de 2,1 % en mars, les achats de véhicules se sont écroulés de 10,2 % en avril.

Le secteur des textiles et cuir essuie pour sa part une légère diminution de 0,5 %.

Ainsi, ces différentes baisses n'ont put être compensées par les trop légères augmentation enregistrées dans les dépenses alimentaires (+0,8 %) et autres produits fabriqués (+0,2 %). Plus que jamais, les français semblent s'arrêter à l'essentiel, évitant au maximum les achats non nécessaires au quotidien.

Vers une consommation faible jusqu'en 2012

Pour la plupart des experts enregistrés par les différents médias, cette situation ne devrait pas s'améliorer d'ici la fin 2011. Pour Natixis, le faible niveau des salaires ainsi que la hausse continue de l'inflation n'annoncent qu'une "une consommation assez faible jusqu'à la fin de l'année".

Pour le cabinet d'étude Xerfi, "Le seul moyen de soutenir les dépenses serait que les Français puisent dans leur épargne. Cependant, les conditions ne sont absolument pas réunies pour que ce scénario puisse se dérouler : le moral des ménages reste à un très bas niveau et les incertitudes conjoncturelles demeurent légion".

Les différents analystes restent cependant confiant quand aux objectifs gouvernementaux d'une croissance à 2 % d'ici la fin 2011.

Article publié le mardi 31 mai 2011 à 17:05 - © Credixis 2017

Articles liés

Consommation : le moral des français reste faible

D'après les données de l'Insee, les ménages français restent pessimistes quant à l'évolution de leur pouvoir d'achat, et du marché de l'emploi. Face au spectre de l'inflation et du chômage, les français consomment avec modération. Lire l'article

France : hausse de la consommation de 2,8 % en novembre

D'après les données de l'Insee publiées jeudi, la consommation des ménages en produits facturés a augmenté de 2,8 % en novembre. Au mois d'octobre, elle avait diminué de 0,6 %. Pour le gouvernement, il s'agit d'un niveau "historiquement élevé". Lire l'article

Inflation : légère hausse des prix à la consommation en novembre

En enregistrant une hausse à 0,1 % par rapport au mois d'octobre, les prix à la consommation présentent une augmentation de 1,6 % sur un an, selon les dernières données de l'Insee. Lire l'article