> > Europe : le Portugal prochaine victime de la crise ?

Europe : le Portugal prochaine victime de la crise ?

La situation n'as jamais été aussi tendue au Portugal depuis 2009. Faisant face à une crise politique interne, le pays à jusqu'alors refusé l'intervention internationale et le recours au FESF. Pour beaucoup, il est le prochain sur la liste des receveurs d'aides.

Une crise interne qui pèse

Alignant depuis plusieurs mois, mesures et réformes budgétaires, le Portugal a tout fait pour éviter de recourir à l'aide financière internationale. À cette situation difficile s'ajoute des tensions politiques internes. Jusqu'à alors le premier ministre socialiste, José Socrates, a du faire face au rejet systématique de ses plans par le parlement, composé à majorité par l'opposition.

Face à un dernier revers, ses dernières mesures d'austérité ayant été rejetés, le premier ministre a présenté sa démission ce mercredi. Pour lui, "cette crise politique, en ce moment, aura des conséquences gravissimes sur la confiance dont le Portugal a besoin auprès des institutions et des marchés financiers".

Pour Pedro Passos Coelho, chef de l'opposition, le gouvernement portugais doit être "plus fort, capable de maîtriser le déficit avec un programme de consolidation budgétaire plus sévère", afin d'éviter un plan de sauvetage.

L'Europe et la Chine prêtes à aider le Portugal

Refusant jusqu'alors toute aide, le Portugal n'aura peut être pas le choix. La réunion des 27 de l'Union Européenne (UE) prévue aujourd'hui, devrait permettre d'y voir un peu plus clair.  Toute intervention n'étant , bien sur, possible que sur demande l'État concerné, qui sera représenté à Bruxelles par son 1er ministre démissionnaire.

Pour le ministre belge, Didier Reynders il serait des plus "utile d'organiser une aide, simplement parce que ça permet de payer moins de charges sur la dette (...) et de moins demander d'efforts, parfois très lourds, à la population". L'UE reste de toute façon "prête à intervenir". Les dernières estimations tablant sur une intervention du Fonds européen de stabilité financière (FESF) à hauteur de 100 milliards d'euros.

La Chine poursuit quant à elle son programme de soutien et de rachats de dettes souverains européennes. Selon Jiang Yu, porte parole du ministère des Affaires étrangères chinois, "il est dans l'intérêt de la Chine et de l'Europe de renforcer leur coopération économique et commerciale". Ainsi, Pékin a annoncé vouloir "renforcer ses liens" avec le Portugal.

Article publié le jeudi 24 mars 2011 à 14:03 - © Credixis 2017

Articles liés

Nouveau plan d'aide pour le Portugal

Le Portugal a rejoint l'Irlande et la Grèce sur le banc des pays européens à recevoir une aide financière internationale. Sous couvert d'un programme strict de réformes, le pays recevra 78 milliards d'euros d'aide. Un programme qui passe mal pour les portugais. Lire l'article

Crise : Les marchés font pression sur le Portugal

Alors que le rendement de la dette portugaise sur dix ans, a atteint un niveau record, ce jeudi, obligeant la BCE à intervenir, les États et le marché font pression sur le Portugal pour qu'il accepte le FESF. Lire l'article

En Zone euro, le crédit se durcit, mais la BCE table sur une prochaine embellie

Fin octobre, les banques européennes ont de nouveau décidé de durcir leurs conditions de crédit dans la zone euro pour le troisième trimestre. Lire l'article