> > Europe : le Portugal et la Grèce tombent dans l'austérité

Europe : le Portugal et la Grèce tombent dans l'austérité

Portugal, Grèce , même combat. Afin de pouvoir justifier de l'aide internationale, les deux États ont du adopter des plans de rigueur sans précédents. Tandis qu'à Athènes le peuple gronde, à Lisbonne le gouvernement se montre plus strict que prévu.

La Grèce dans la tourmente

Dans une situation très tendue, le parlement grec a finalement validé, ce mercredi,  le plan de rigueur proposé par son gouvernement. Dans la rue, le peuple ne cesse de crier son indignation. Une grève générale de 48 heures ayant même été annoncée ce mardi par l'ensemble des syndicats du pays.

Pour le gouvernement l'adoption de ce plan est une victoire en quelque sorte puisqu'il permet de bénéficier des aides internationales le l'Europe du Fonds monétaire international (FMI). Le plan grec prévoit 28,4 milliards d'euros d'économie sur la période  2012-2015 et près de 50 milliards de privatisations.

Le Portugal plus dur pour réduire sa dette

Tout comme la Grèce, le Portugal devait faire preuve de beaucoup de sévérité envers lui-même pour percevoir l'aide internationale promise. Dans le plan de rigueur dévoilé ce mercredi au parlement par le gouvernement de coalition se montre plus dur que prévu.

Pour le gouvernement portugais, "l'État doit scrupuleusement remplir toutes les obligations attendues à l'international et nécessaires pour pouvoir se financer sur les marchés et pour renouer avec la croissance et la création d'emplois".

Ainsi, afin de "garantir le respect et l'anticipation des objectifs auxquels s'est astreint le pays et restaurer ainsi la confiance internationale dans son économie", le gouvernement de Pedro Passos Coelho s'est fendu de plusieurs "mesures supplémentaires de caractère structurel".

Parmi les projets présentés, de larges mesures de privatisation sont prévues notamment pour le distributeur d'électricité REN, les assurances Caixa Geral Depositos, la compagnie aérienne TAP ou encore la société de services aux collectivités Energias de Portugal (EDP). Malgré les protestations de l'Espagne, et la fin des travaux prévus pour 2013, le projet de construction de la ligne de train à grande vitesse (LGV) Lisbonne-Madrid , pour ces mêmes raison d'économies et de "rigueur", a été suspendu.

Article publié le mercredi 29 juin 2011 à 16:06 - © Credixis 2017

Articles liés

Les gouvernements européens responsables d'une sortie de crise

Les gouvernements de la zone euro sont plus que jamais sur le qui-vive. Les États-Unis comme la BCE les tiennent pour responsables en cas d'échec de réduction de la crise grecque. Un sommet extraordinaire est prévu ce jeudi à Bruxelles. Lire l'article

Europe : la Grèce plus en crise que jamais

En conditionnant le versement d'une aide européenne à de nouvelles mesures d'austérité de la part de l'État grecque, les ministres des finances de la zone Euro ont fait trembler les marchés ce dimanche. Lire l'article

Nouveau plan d'aide pour le Portugal

Le Portugal a rejoint l'Irlande et la Grèce sur le banc des pays européens à recevoir une aide financière internationale. Sous couvert d'un programme strict de réformes, le pays recevra 78 milliards d'euros d'aide. Un programme qui passe mal pour les portugais. Lire l'article