> > Espagne : des pertes de 260 Mrds d'euros sont attendues par l'Ifi

Espagne : des pertes de 260 Mrds d'euros sont attendues par l'Ifi

Selon l'Institut de la finance internationale (Ifi) les prêts dits « à risques » alloués par les banques espagnoles pourraient entrainer des pertes de 218 à 260 milliards d'euros en 2012- 2013.

Espagne : des pertes de 260 Mrds d'euros sont attendues par l'Ifi

L'État espagnol pourrait aider à hauteur de 60 milliards d'euros

Avec une situation économique de plus en plus difficile, l'Espagne pourrait subir de nouvelles pertes liées essentiellement à des créances douteuses, c'est-à-dire aux remboursements incertains.

« Un certain nombre de facteurs laissent penser que ces pertes pourraient être plus près du haut de cette fourchette. Les perspectives macroéconomiques de l'Espagne sont plus mauvaises que celles auxquelles était confrontée l'Irlande, notamment en ce qui concerne la croissance et le chômage » explique ainsi l'Institut de la finance internationale (Ifi).

Pour l'Ifi, cette dégradation pourrait entrainer une nouvelle perte de 260 milliards d'euros aux établissements financiers courant 2012-2013.

Dans cette optique, les banques seraient déjà en train de mobiliser leurs capitaux pour pallier à ces nouvelles pertes. Cependant, les 184 milliards d'euros mobilisables resteraient de fait insuffisants, laissant aux banques un déficit de 76 milliards d'euros.

« D'importantes différences entre banques suggèrent que bon nombre d'entre elles devraient avoir besoin d'une aide de l'État, notamment les [caisses d'épargne régionales] » précise l'Ifi.

L'institut regroupant près de 450 des plus grandes banques mondiales, estime néanmoins que les trois principaux organismes bancaires espagnols devraient disposer de ressources suffisantes pour faire face à cette éventuelle perte.

Ainsi au final, l'aide nationale nécessaire pour pallier ce déficit est estimée à 60 milliards d'euros au maximum.

Ces « dépenses de recapitalisation » de l'État si elles sont avérées représenteraient 5 % du PIB, là où un investissement de 33 % était nécessaire en Irlande.

Si la situation espagnole ressemble pour beaucoup à celle connue par l'Irlande au moment de l'explosion de sa bulle immobilière, elle devrait être moins difficilement gérable. « Les prêts immobiliers sont moins concentrés en Espagne. La plupart des banques ont finalement des portefeuilles de prêts plus diversifiés » précise ainsi l'Ifi.

Article publié le mardi 22 mai 2012 à 17:05 - © Credixis 2017

Articles liés

Les "stress tests" des banques européennes, plus sévères en 2011 ?

Montrés du doigt pour leur "trop grande facilité", les tests de résistance des banques de l'UE, devraient être plus sévères en 2011 d'après le président de l'EBA. Les prochains tests seront réalisés sur 88 banques de l'UE, les résultats seront rendus publics en juin. Lire l'article

Enquête sur les pratiques du secteur du crédit immobilier américain

Les investigations menées par les procureurs généraux US cherchent à déterminer si certaines banques n'auraient pas usé de documents douteux pour saisir des logements... Lire l'article

Crédit immobilier : les banques vont-elles encore baisser les taux ?

Même s'ils offrent déjà des taux se situant à leur plus bas niveau depuis l'après-guerre (3,3 %), les organismes bancaires pourraient les diminuer davantage. Une hypothèse qu'ils nient tout de go. Lire l'article