> > Escroquerie aux investissements immobiliers : la Cifraa poursuivie

Escroquerie aux investissements immobiliers : la Cifraa poursuivie

Filiale du Crédit Immobilier de France (CIF) en Rhône-Alpes, la Cifraa a été mise en examen ce lundi, dans le cadre de l'affaire Apollonia, pour recel et escroquerie en bande organisée. Deux autres banques, filiales du CIF, sont également poursuivies.

Escroquerie aux investissements immobiliers : la Cifraa poursuivie

Une affaire d'escroquerie à grande échelle

Démarrée en 2008, l'affaire Apollonia vient de faire un bon en avant cette semaine, avec la mise en examen de trois banques, toutes liées au Crédit Immobilier de France (CIF). Jusqu'alors, seules des personnes physiques avaient été poursuivies par la justice.

À l'origine des faits, la société Apollonia spécialisée dans la défiscalisation immobilière est accusée d'avoir escroqué 680 foyers entre 2003 et 2007. Les victimes auraient ainsi été amenées à acheter des dizaines de biens immobiliers et ainsi obtenir le statut de loueur en meublé professionnel, dans le but de se constituer un patrimoine retraite.

Aujourd'hui, un grand nombre de ces foyers se retrouvent surendettés, la plupart des biens ayant été surfacturés et les prévisions de recettes et de loyer surestimées.

Aux vues des techniques commerciales employées, et des réseaux incriminés (agences, notaires, banques...), l'affaire est devenue un scandale national.

Trois banques proches du CIF devant la justice

Avec la mise en examen de trois banques cette semaine et probablement d'autres organismes dans les jours à venir, la responsabilité des personnes morales est désormais engagée dans l'affaire.?

Filiale à 51 % du CIF, le Crédit Immobilier de France Rhône-Alpes-Auvergne (Cifraa anciennement Ciffra) a ainsi été mis en examen ce lundi pour « recel d'escroquerie en bande organisée ».

Selon Europe1, un cautionnement de 40 millions d'euros aurait été demandé par la juge d'instruction Catherine Levy. Le délit de recel d'escroquerie en bande organisée » est passible d'une amende de 3,75 millions d'euros.

Ce mercredi, deux autres personnes morales ont été mises en examen : la Banque Patrimoine et Immobilier (BPI) « pour escroqueries en bande organisée », et sa holding, Crédit Immobilier de France Développement (CIFD), pour complicité. Les cautionnements ont été fixés respectivement à 15 millions d'euros et 100 000 euros.

Article publié le mercredi 18 juillet 2012 à 18:07 - © Credixis 2017

Articles liés

Les prix de l'immobilier de nouveau orientés à la hausse

Même si la crise inquiète toujours, la confiance revient dans l'immobilier comme l'attestent les mesures du dernier baromètre du groupe de Particulier à Particulier PAP, le site seloger.com et les réseaux d'agences Laforêt et Fnaim. Lire l'article

Un crédit relais sur 3 peine à être remboursé

L'Association française des usagers des banques (AFUB) mène campagne pour que l'Etat s'attaque aux douloureux sujets des crédits relais dans le cadre du projet de loi portant réforme aux crédits à la consommation. Lire l'article

Loi Scellier, la nouvelle arme des investisseurs en locatif

Depuis le début de l'année 2009, un nouveau dispositif de défiscalisation dans le secteur immobilier a vu le jour sous le nom de Loi Scellier. Quels avantages ? Quelles conditions ? Voici quelques éléments de réponse. Lire l'article