> > Épargne : le doublement du plafond du Livret A remis en question

Épargne : le doublement du plafond du Livret A remis en question

Voulu par le nouveau chef de l'État, le doublement du plafond du livret A divise de nombreux économistes. Pour la BPCE, cette mesure si elle permet la construction de davantage de logements sociaux elle pourrait s'avérer couteuse pour l'État.

Épargne : le doublement du plafond du Livret A remis en question

Un livret plafonné à 30 600 euros

Épargne de plus en plus sollicitée par les Français (224 milliards d'euros d'encours en mars 2012), le Livret A permet de financer la création de logements sociaux via la mobilisation d'une partie des fonds collectés par l'État, via la Caisse des Dépôts et consignations (CDC).

C'est dans cette optique que le nouveau président de la République, François Hollande, souhaite multiplier par le plafond de collecte du livret A.

À ce jour, un épargnant peut collecter sur son livret A au maximum 15 300 euros. Si la mesure voulue par le chef de l'État est mise en place, le plafond sera ainsi de 30 600 euros.

Cette mesure pourrait également être appliquée aux Livrets de développement durable (LDD). Ces livrets verraient alors leur plafond passé de 6000 à 12 000 euros.

Avec un tel rehaussement, le chef de l'État espère collecter davantage de fonds, 15 à 20 milliards d'euros, qui permettront à terme de financer une partie des logements sociaux inscrits dans le projet présidentiel. Au total, le projet prévoit la construction de 150 000 logements sociaux par an, ainsi que 2,5 millions de logements intermédiaires.

Un projet jugé trop couteux par la BPCE

Interviewé par BFM, le patron de la Banque Populaire - Caisse d'Épargne (BPCE), François Pérol s'est montré beaucoup moins optimiste que les épargnants sur cette proposition.

Pour le patron de la BPCE , en plus de ne pas être forcément nécessaire, cette mesure pourrait entrainer un certain manque à gagner pour l'État. M. Pérol craint en effet que les collectes supplémentaires motivées par ce rehaussement se fassent au détriment de comptes d'épargne classiques.

Les livrets A et LDD étant défiscalisés, ce « transfert » d'épargne entrainerait, de fait, une baisse des sommes récupérées directement par l'État.

« Aujourd'hui les fonds du Livret A sont centralisés à la Caisse des Dépôts qui a largement, largement de quoi financer le logement social en l'état actuel de l'offre aujourd'hui et demain », estime de plus François Pérol.

Article publié le vendredi 11 mai 2012 à 12:05 - © Credixis 2017

Articles liés

Les français préfèrent investir dans l'immobilier

Les français préfèrent investir dans l'immobilier D'après un sondage Ipsos réalisé pour les agences immobilières Orpi, les français perçoivent majoritairement l'immobilier comme étant "le placement le plus sûr actuellement en France". Lire l'article

Les taux de rémunération et le plafond du LEP, en hausse le 1er février

À partir du 1er février , les taux de rémunération du livret d'épargne populaire (LEP) seront alignés sur ceux du livret A, à 2,50 %. Le plafond de l'impôt sur les revenus est également augmenté à 769 euros. Lire l'article

Livret A : la réforme 2011 sous tension

Le gouvernement aura fort à faire avec la réforme en 2011 du Livret A. La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et les banques ne sont en effet pas du tout d'accord sur les taux de centralisation présents et à venir. Lire l'article