> > Épargne : la collecte de l'assurance-vie se stabilise au mois d'avril

Épargne : la collecte de l'assurance-vie se stabilise au mois d'avril

Bien que présentant un encours toujours très conséquent, les produits d'assurance vie continuent d'être boudés par les ménages français. Au mois d'avril, une nouvelle décollecte, bien que moins négative que les mois précédents, a été enregistrée par l'AFA.

Épargne : la collecte de l'assurance-vie se stabilise au mois d'avril

Une décollecte de 0,1 milliard d'euros en avril

Réunis sous le nom de l'association française de l'assurance (AFA), la Fédération française de sociétés d'assurance (FFSA) et le Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema) ont publié les derniers résultats mensuels des produits d'assurance vie.

Depuis le mois d'août 2011, l'encours total de cette épargne aura perdu près de 12,6 milliards d'euros, avec huit mois sur neuf dans le négatif.

Au mois d'avril, la collecte nette a ainsi été une nouvelle fois négative de près de 100 millions d'euros.

Dans le détail, l'AFA note une augmentation des retraits ou prestations de l'ordre de 10,4 % sur le mois, avec 9,5 milliards d'euros de retirés. En parallèle, la collecte mensuelle a, elle, augmenté de 9,4 milliards d'euros, soit une baisse de 14,5 % par rapport au mois de mars.

1375,6 milliards d'euros d'encours

 Malgré un mécanisme de décollecte persistant depuis l'été dernier, l'assurance-vie reste l'élément phare de l'épargne française avec 1375,6 milliards d'euros d'encours au mois d'avril.

Pour expliquer cette baisse de régime, les professionnels invoquent plusieurs facteurs.

En premier lieu, les produits d'assurance-vie sont en concurrence directe avec les livrets défiscalisés que sont les livrets A et LDD. Produits d'épargne à moyen et court terme, ces derniers semblent ainsi mieux correspondre au contexte économique actuel de crise, en offrant un fond plus facilement accessible et mobilisable.

En outre, il faut noter l'arrivée en retraite de la génération des « baby-boomers » devenus de fait les « papy-boomers » et qui n'hésitent plus à piocher dans leurs produits d'épargne pour compenser de faibles retraites.

Enfin, on peut noter également un mécanisme de prudence, d'attentisme, lié aux différentes modifications législatives sur la fiscalité, présentées ou annoncées par les différents gouvernements.

Article publié le mardi 29 mai 2012 à 10:05 - © Credixis 2017

Articles liés

Assurance-vie : nouvelle baisse des collectes en septembre

Assurance-vie : nouvelle baisse des collectes en septembre D'après les dernières données de l'AFA, le produit assurance-vie séduit de moins en moins les français. Au mois de septembre; une collecte nette négative (-1,8 Milliards d'euros) a même été enregistré. Lire l'article

Épargne : l'assurance-vie détenue par 62 % des français

Selon l'Insee, 24 millions de français détenaient un contrat d'assurance-vie en 2010. Mis à mal ces derniers mois par l'explosion du livret A, le produit représente essentiellement pour les ménages une réserve d'argent pour pallier aux imprévus. Lire l'article

Réforme de l'assurance-vie : le Sénat favorise une épargne à long terme

Dans le cadre du projet de loi des finances 2011 (PLF), la commission des finances du sénat a adopté, mardi dernier, un nouvel amendement. Portant sur l'assurance vie, cet amendement tient à instaurer un nouveau taux préférentiel pour les contrats intégrant des actions. Lire l'article