> > L'épargne facteur de crise ?

L'épargne facteur de crise ?

Utilisée le plus souvent en prévision, l'épargne désormais outil mondial atteint un seuil trop élevé pour l'économie, au détriment d'une croissance économique positive. Natixis évoque un "mauvais partage de la valeur ajoutée".

Un phénomène devenu mondial

L'épargne française n'a jamais été aussi élevée, en témoigne les encours enregistrés par les livrets A et  livrets de développement durable (LDD) ces derniers mois. S'ils ont de quoi rassurer en premier lieu les banquiers, les niveaux ainsi enregistrés apparaissent, pour les spécialistes, comme une menace pour l'économie.

Pour Patrick Artus, économiste renommé et directeur de la recherche et des études pour le groupe bancaire Natixis, ce trop plein épargne est "une cause profonde des dérèglements"économiques actuels. Plus exactement, ce dernier dénonce un "mauvais partage de la valeur ajoutée" entre les salaires, et les fonds, de suite épargnés.

Jusqu'alors très présent, en France et en Europe en général ou encore aux USA, ce phénomène semble se développer de plus en plus en Asie, et plus dramatiquement en Chine. Ainsi d'après Patrick Artus, la part des revenus des ménages chinois dans leur richesse produite aurait diminué de près de 8 point en à peine 14 ans pour atteindre seulement 45 % fin 2010. En bref, un "manque à gagner" de 470 milliards de dollars (320 milliards d'euros) par an pour la population chinoise.

Un engrenage qui mène à l'endettement

Ainsi, l'épargne gagne une part croissante sur la "richesse disponible", le pouvoir d'achat, engendrant un effondrement de la consommation. La demande s'épuise suive de fait par la croissance. C'est là qu'intervient le crédit, ouvert aux particuliers comme aux États , à des taux relativement bas afin de "redynamiser une économie sans croissance". L'appétence du produit "crédit" conduit les épargnants et les États à sur-consommer mais à crédit.

Ainsi, pour Patrick Artus, "le surplus de liquidité mondiale a provoqué, jusqu'en 2007, l'excès d'endettement et, de manière liée, la bulle boursière à la fin des années 90, puis la bulle immobilières. Depuis la crise de 2008, il n'y a plus d'endettement, et les bulles se sont déplacées vers les titres des pays émergents et les matières premières".

Article publié le mardi 07 juin 2011 à 16:06 - © Credixis 2017

Articles liés

Crédit aux entreprises : les banques rechignent à lâcher du lest

Les PME par ces temps de crise souhaiteraient plus de souplesse de la part des banques pour l'octroi de crédit. Mais les banques se font tirer l'oreille malgré un sermon bien senti de la part de Nicolas Sarkozy le 25 août dernier. Lire l'article

Les crédits à la consommation toujours en berne

Selon l'étude de l'Association française des sociétés financières (ASF), publiée fin août 2009, la production des crédits à la consommation reste en forte baisse pour le mois de juillet. Lire l'article

Les crédits à la consommation en recul de 8,6% sur un an

Selon les chiffres de l'Association française des sociétés financières, face à la crise les français font le dos rond. Les crédits accusent du même coup un recul historique de 8,6% sur un an. Lire l'article