> > Dette grecque : vers un nouvel accord ce weekend

Dette grecque : vers un nouvel accord ce weekend

Devant à nouveau courir après sa dette le gouvernement grec devrait pouvoir souffler à partir de ce week-end. D'après les premiers éléments des négociations débutées ce jeudi, un accord d'effacement partiel de la dette pourrait être signé.

Dette grecque : vers un nouvel accord ce weekend

Un effacement partiel de la dette souveraine grecque

Au bord de la faillite, l'État grec ne s'en sort plus avec sa dette. Selon les différentes conditions légales, le gouvernement hellène devrait faire face à d'importants remboursements en mars prochain.

Des remboursements qui, aux vues des finances nationales risquent fort d'être compromis, entraînant de fait le pays dans une situation de faillite inéluctable.

C'est dans ce contexte particulièrement dur, que de nouvelles négociations avec les créanciers privés (banques et assurances) ont débuté ce jeudi 26 janvier, ces derniers étant représentés par l'institut de la finance internationale (IFI) dirigé par Charles Dallara.

Outre la révision des taux des prêts contractés, le gouvernement hellène souhaiterait voir sa dette partiellement efface, un effacement totalement exclu par l'IFI et les banques mais possible pour la Banque central européenne (BCE) sous certaines conditions.

Mercredi dernier, le Fonds monétaire international (FMI) avait indiqué que les différents créanciers publics (États, BCE, FMI, ...) devraient surement se résoudre a quelques pertes en fonction des concessions privées par les créanciers privés.

Un accord bientôt défini

Selon le quotidien grec Ethnos, Charles Dallara aurait discuté "avec de hauts dirigeants bancaires pour déterminer leur position et, selon des sources, ils vont soumettre une nouvelle offre améliorée pour un taux d'intérêt moyen de 3,75 %".

Malgré l'opposition franche de la BCE à une perte sur ses avoirs en dette grecque, un accord devrait bientôt être signé.

"Nous sommes sur le point de conclure un accord, si ce n'est pas aujourd'hui ", ce sera sans doute ce week-end" a ainsi déclaré le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn ce vendredi à Davos (Suisse), à l'occasion du 42ème Forum économique mondial (WEF).

Mercredi dernier, la BCE s'était montré assez ferme indiquant être prête à recourir à la justice européenne et internationale en cas de perte imposée.

Article publié le vendredi 27 janvier 2012 à 15:01 - © Credixis 2018

Articles liés

Crise : la BCE aide une nouvelle fois les banques irlandaises

Alors que les derniers tests de résistance ont définit un coût supplémentaire de 24 milliards d'euros pour le sauvetage des banques irlandaises, la BCE a décidé d'apporter à nouveau son soutien à l'Irlande en suspendant, cette fois, ses critères d'éligibilité de titres. Lire l'article

Crise : DSK pour une Europe plus souveraine

Dans une interview au quotidien le Parisien publiée ce lundi, le patron du FMI est revenu sur la crise économique. Écartant l'idée d'une crise monétaire, Dominique Strauss-Kahn appelle à une meilleure coordination des politiques économiques européennes. Lire l'article

En Zone euro, le crédit se durcit, mais la BCE table sur une prochaine embellie

Fin octobre, les banques européennes ont de nouveau décidé de durcir leurs conditions de crédit dans la zone euro pour le troisième trimestre. Lire l'article