> > Crise : Les marchés font pression sur le Portugal

Crise : Les marchés font pression sur le Portugal

Alors que le rendement de la dette portugaise sur dix ans, a atteint un niveau record, ce jeudi, obligeant la BCE à intervenir, les États et le marché font pression sur le Portugal pour qu'il accepte le FESF.

Le Portugal sous tension

Alors que la situation économique du Portugal semblait se stabiliser, de nouveaux records de sa dette ont été enregistrés sur les marchés, atteignant un taux à 7,63 % jeudi matin. Ainsi la banque centrale européenne (BCE) a été obligée d'intervenir en rachetant des obligations du pays, chose qu'elle n'avait pas fait depuis deux semaines.

Jusqu'alors opposé à une intervention du fonds européen de stabilité financière (FESF), le Portugal pourrait bien être amené à accepter finalement cette aide, et de fait l'ingérence européenne dans sa politique économique nationale.

Les réactions vives des marché seraient responsables

Pour le gouvernement portugais les récents événements ne reflètent pas l'action du Portugal pour réduire sa dette. D'après le ministre portugais, Pedro Silva Pereira, "le problème vient des marchés obligataires et ne concerne pas seulement le Portugal mais les taux à l'échelle européenne, tous victimes de mouvements spéculatifs qui attaquent l'euro". Ainsi, "il n'y a aucune raison de penser que le Portugal ne réunit pas les conditions pour continuer à faire appel aux marchés. C'est plutôt l'inverse" ajoute t'il.

Selon Soledad Pellon, d'IG Markets, la réaction du marché seraient essentiellement due à "l'indécision qui règne sur l'évolution du Fonds européen de stabilité financière, l'absence d'intervention de la BCE depuis deux semaines ainsi que le retrait de la candidature d'Axel Weber à la présidence de la BCE".

L'Allemagne met la pression

À l'image de l'Allemagne, de nombreux pays souhaitent que l'aide internationale intervienne sur l'économie portugaise. Dans les faits l'Allemagne souhaite que le Portugal accepte rapidement cette aide avant que celle ci ne soit réformée les 24 et 25 mars 2011, lors du prochain sommet européen. À l'inverse, le Portugal,s'il ne souhaite pas d'intervention européenne pour le moment, souhaite accélérer cette réforme qui devrait présenter, à terme, des conditions plus souples.

Article publié le vendredi 18 février 2011 à 16:02 - © Credixis 2018

Articles liés

Zone Euro: le fonds d'aide européen sera doté de 500 milliards d'euros

Alors que les marchés financiers s'inquiètent de la faible réactivité et de la mésentente des états européens face à la crise, la capacité de prêt du nouveau fonds d'aide a été adoptée à 500 milliards d'euros. Cette décision s'accorde avec la BCE. Lire l'article

Zone euro : la BCE et la Banque de France pour un élargissement du FESF

Mercredi dernier, le président de la BCE s'est dit favorable à ce que le fonds d'aide européen puisse racheter sur les marchés la dette souveraine des États en difficulté. Pour le gouverneur de la Banque de France, cette possibilité pourrait s'avérer "intéressante". Lire l'article

En Zone euro, le crédit se durcit, mais la BCE table sur une prochaine embellie

Fin octobre, les banques européennes ont de nouveau décidé de durcir leurs conditions de crédit dans la zone euro pour le troisième trimestre. Lire l'article