> > Crise : le référendum grec remet en cause le plan européen

Crise : le référendum grec remet en cause le plan européen

Dernière surprise en date dans le plan de résolution de la crise européenne, le gouvernement grec a annoncé ce lundi la tenue prochaine d'un référendum national au sujet du plan de sauvetage international. Les marchés sont dans la tourmente.

Crise : le référendum grec remet en cause le plan européen

Un référendum qui inquiète

Largement opposé au dernières mesures d'austérité préparées par son gouvernement, le peuple grec devrait enfin avoir son mot à dire dans les prochaines semaines.

Pour les instances européennes et les créanciers de l'État grec, ce référendum, qui devrait sans nul doute s'avérer négatif au vu de l'hostilité de la population hellène, pourrait avoir de très grosses conséquences sur l'économie toute entière de la zone euro.

L'agence de notation Fitch Rating's estime ainsi qu'en cas de rejet du plan de sauvegarde, le "risque d'un défaut souverain contraint et désordonné" n'en serait  que plus fort,  induisant "potentiellement une sortie grecque de l'euro".

Pour le premier ministre socialiste grec, Georges Papandréou, critiqué depuis de longs mois par l'opposition et les citoyens grecs, "le référendum sera un mandat clair et un message clair en Grèce et à l'extérieur concernant notre avenir européen et notre participation à l'euro".

En interne, et malgré le soutien du gouvernement à son premier ministre, les divergences sont encore légion comme la demande fait par un membre important de la majorité socialiste de former un nouveau "gouvernement de salut national pour garantir le plan européen".

Les marchés financiers en baisse

Largement impactés par cette annonce surprise, les marchés financiers européens sont dans le négatif depuis quelques jours. Ainsi, ce mardi, à 11h30 (10h30 GMT) , les places boursières de Paris et Milan affichaient  un descente de 4 %, contre 5 % à Milan et 2,54 % à Londres.

Ce mercredi 02 novembre, l'effet de surprise passé, la situation est toujours assez  sombre avec à midi (11h00 GMT), une nouvelle baisse respective de 0,52 %, 0,78 % et 0,90 à Londres Madrid et Athènes, tandis que Paris, milan et Francfort parviennent à peine à dépasser le zéro pointé (gains respectif de 0,46 %, 0,51 % et 0,59 %).

Article publié le mercredi 02 novembre 2011 à 15:11 - © Credixis 2017

Articles liés

La France propose une participation du secteur privé à l'aide grecque

Rejeté par les autorités européennes, la participation des créanciers privés au recouvrement de la dette grecque a été revu et corrigé par les banques et le Trésor public français. Un investissement du privé est ainsi proposé, mais avec certaines garanties. Lire l'article

Europe : la Grèce plus en crise que jamais

En conditionnant le versement d'une aide européenne à de nouvelles mesures d'austérité de la part de l'État grecque, les ministres des finances de la zone Euro ont fait trembler les marchés ce dimanche. Lire l'article

Crise : La France au même niveau que l'Espagne ?

Dans une interview donnée au quotidien le Monde ce lundi, l'économiste américain Nouriel Roubini, juge la dette française inquiétante. Selon lui, trois scénarios seraient possibles pour sortir de la crise. Lire l'article