> > Crise : le FMI juge les efforts français insuffisants

Crise : le FMI juge les efforts français insuffisants

Dans son rapport annuel, le FMI émet de sérieux doutes quant à l'efficacité de la politique de rigueur française. S'il applaudit les mesures jusqu'alors entreprises, le rapport se veut beaucoup plus méfiant quant aux objectifs de réduction de la dette.

Des efforts encouragés

Publié ce mercredi, le rapport annuel du Fonds monétaire international (FMI) remet  largement en question les objectifs  à moyen terme de réduction de la dette publique présenté par la France.

À court terme, les prévisions du FMI restent rassurantes. Prévoyant une croissance à 2,1 % à la fin 2011, le Fonds s'avoue confiant dans la tenue des objectifs français pour cette année, notamment dans la réduction de son déficit public à hauteur de 5,7 % de son produit intérieur brut (PIB).

Pour autant , la partie semble loin d'être gagnée au vu des prévisions du FMI pour les années suivantes. "Des progrès sont réalisés dans l'assainissement budgétaire mais davantage d'efforts pourraient être nécessaires pour atteindre les objectifs de 2012 et 2013" décrit ainsi le rapport.

Une politique trop ambitieuse

À l'image d'autre organismes et spécialistes, le FMI juge les objectifs affichés par l'État français bien trop ambitieux.

Dans son "plan de redressement budgétaire", le gouvernement promet ainsi de faire descendre le déficit public à 4,6 % du PIB  en 2012 et e 3 % en 2013. Dans son rapport,  l'organisme international table plutôt sur des taux de 4,8 % en 2012, et 3,8 % fin 2013. Même constat pour la dette publique qui , en 2013, devrait être ramenée à 86,4% du PIB pour le gouvernement contre 88 % pour le FMI.

Pour le Fonds monétaire, les prévisions de croissance française sont trop ambitieuses pour être crédibles, et les mesures, bien qu'efficaces, insuffisantes. Ainsi, là ou la France prévoit des taux de croissance de 2 %, 2,25 % et 2,5 % pour 2011, 2012 et 2013, le FMI se montre beaucoup moins optimiste, estimant pour sa part la croissance française à 2,1 % en 2011, 1,9 % en 2012 puis 2 % en 2013.

Concernant les mesures à entreprendre, le Fonds appelle le gouvernement français à continuer les efforts entrepris notamment  en matière de retraite, et invite l'ensemble des décideurs politiques à adopter la "règle d'or budgétaire" qui "aiderait à donner un signal sans équivoque de l'engagement des autorités à respecter la trajectoire d'ajustement".

Pour le FMI : "La France ne peut prendre le risque de rater ses objectifs budgétaires à moyen terme, étant donné le besoin de renforcer la mise en oeuvre du Pacte de stabilité et de conserver les coûts d'emprunts à un niveau peu élevé en confortant sa note AAA".

Article publié le jeudi 28 juillet 2011 à 16:07 - © Credixis 2017

Articles liés

Le déficit public français se stabilise en juin

Le déficit public français se stabilise en juin Confortant la notation AAA accordée par l'agence Standard & Poor's, la France affiche une dette publique quasi table en juin 2011 (61,3 Mrds €) par rapport à l'an dernier (61,7 Mrds €). Des efforts sont encore à fournir selon Valérie Pécresse. Lire l'article

Europe : la Grèce plus en crise que jamais

En conditionnant le versement d'une aide européenne à de nouvelles mesures d'austérité de la part de l'État grecque, les ministres des finances de la zone Euro ont fait trembler les marchés ce dimanche. Lire l'article

Crise : La France au même niveau que l'Espagne ?

Dans une interview donnée au quotidien le Monde ce lundi, l'économiste américain Nouriel Roubini, juge la dette française inquiétante. Selon lui, trois scénarios seraient possibles pour sortir de la crise. Lire l'article