> > Crise : la Slovaquie rejette le renforcement du FESF

Crise : la Slovaquie rejette le renforcement du FESF

Les États et institutions monétaires internationales une nouvelle fois dans l'impasse ? La résolution de la crise européenne semble une nouvelle fois compromise avec notamment le blocage de la Slovaquie au renforcement du FESF.

Crise : la Slovaquie rejette le renforcement du FESF

Le Parlement slovaque hostile a un renforcement des moyens du FESF

Malgré la validation de nombreux parlements nationaux, un temps donné opposés au dispositif comme en Allemagne, le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF), présenté  par beaucoup comme une mesure salvatrice , pourrait bien être compromis.

Ce mardi 11 octobre, le Parlement Slovaque a en effet refusé de valider ce renforcement. "Sur l'ensemble des 124 députés présents, 55 élus ont voté pour, 9 contre et 60 n'ont pas voté" a précisé ainsi Pavol Hrusovsky, vice-président du Parlement. Si ce refus marque le début de tensions politiques au sein même de l'État slovaque, il marque surtout le nouveau report d'une réponse forte à la crise financière européenne. Un report bien malvenu vu l'urgence de la situation.

Selon les autorités slovaques, ce refus serait essentiellement dû à des désaccords internes sur la tenue d'élections anticipées, l'opposition social-démocrate (parti Smer)n'étant pas fondamentalement opposée au projet. Selon le responsable du parti, "Smer est prêt à soutenir le FESF en échange d'un accord sur des élections anticipées". Un second vote devrait d'ailleurs être soumis au parlement durant la semaine.

L'Espagne victimes des agences de notations

Le manque d'actions rapides laisse le libre champ aux pressions des marchés. Pressions qui ne manqueront pas alors de s'étendre à d'autres pays. Dans les pays membres les plus exposés comme l'Espagne, la situation s'est ainsi d'ores et déjà dégradé.

Ce mardi, les agences de notations Fitch Rating et Standard & Poor's ont ainsi dégradé respectivement la note de 6 et 10 banques espagnoles dont les très importantes  Santander et BBVA.

Pour Fitch,"le faible environnement économique en Espagne, le chômage élevé, et les problèmes du secteur immobilier vont continuer à peser sur le volume d'activité des banques sur le territoire national, ainsi que sur la qualité de leurs actifs, ce qui aura un impact sur leurs indicateurs de performance".

Un constat partagé par Standard & Poor's qui estime que "la correction des déséquilibres en Espagne va continuer à affecter négativement les profils financiers des banques espagnoles dans les 15 à 18 prochains mois".

La Grèce aidée en novembre ?

En Grèce la solution semble encore loin d'être résolue. D'après les représentants de la Banque centrale européenne (BCE), de la Commission européenne, et du Fonds monétaire international (FMI) , la fameuse "Troïka", les 8 milliards d'euros d'aide promis  devraient être livrés "sans doute début novembre", à partir de la validation du rapport de la Troïka par le FMI et l'Eurogroupe.

Une fois de plus, l'Europe est dans l'attente.

Article publié le mercredi 12 octobre 2011 à 15:10 - © Credixis 2017

Articles liés

L'économie française toujours solide ?

L'économie française toujours solide ? Confirmant les récentes déclarations des ministres de l'économie et du budget quand à la solidité des banques françaises, la BCE estime que la France devrait conserver sa note AAA . Lire l'article

Europe : le Portugal prochaine victime de la crise ?

La situation n'as jamais été aussi tendue au Portugal depuis 2009. Faisant face à une crise politique interne, le pays à jusqu'alors refusé l'intervention internationale et le recours au FESF. Pour beaucoup, il est le prochain sur la liste des receveurs d'aides. Lire l'article

Déficit public : le FMI encourage les plans de rigueur

Dans sa dernière édition du "Fiscal Monitor", son rapport sur les finances publiques mondiales, le FMI dénonce un ralentissement du rééquilibrage budgétaire. Les réactions des USA, et du Japon, sont ainsi jugées inadaptées en comparaison des politiques de "rigueur" instaurées en Europe. Lire l'article