> > Crise: la recapitalisation des banques devra d'abord être privée

Crise: la recapitalisation des banques devra d'abord être privée

Au même titre que la Commission européenne qui appelle à un renflouement des fonds propre des banques, le FMI a insisté sur l'intervention prioritaire des actionnaires. Pour le gouvernement français, une aide publique serait un ultime recours.

Crise: la recapitalisation des banques devra d'abord être privée

Les actionnaires doivent être mobilisés

Ce qui n'était qu'un secret de polichinelle est enfin reconnu par tous, les banques européennes ont besoin de nouveaux capitaux pour alimenter leurs fonds propres.

"Si on regarde le ratio de capitalisation boursière par rapport aux fonds propres, il est inférieur à 1 pour tous les établissements[bancaires européens], sans exception, alors qu'il est par exemple de 1,7 au Canada", explique ainsi le gouverneur de la banque centrale du Canada , Mark Carney. "Cela signifie que les marchés considèrent que les fonds propres sont insuffisants" ajoute t-il dans une interview accordée au Figaro.

Interrogée par France Inter ce dimanche, la ministre du budget, Valérie Pécresse, est ainsi revenu sur le projet de recapitalisation des banques européennes par la commission européenne induisant un seuil minimum de fonds propres de 9 % à la mi-2012. "Pour les banques françaises, ce que nous demandons, c'est qu'elles atteignent ce ratio de fonds propres avec des capitaux privés. Nous souhaitons que les banques françaises réalisent cette augmentation de capital sans avoir recours à une aide publique" a ainsi déclaré la ministre française, rejetant de fait l'idée dune aide publique  au seul cas de dernier recours, "en dernière limite".

Ainsi pour les institutions c'est aux actionnaires de payer en premiers. Invitée d'Europe 1, Christine Lagarde, désormais directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) est également allée dans ce sens.

"La priorité, c'est évidemment [que les banques] puissent aller chercher des capitaux auprès de leurs actionnaires, qu'elles intègrent des réserves et qu'en dernier ressort, si ces moyens-là n'étaient pas disponibles et suffisants, une formule plus collective soit mise en place (...) Il y a beaucoup de banques aujourd'hui qui peuvent faire appel à leurs actionnaires" a t-elle ainsi déclaré.

Article publié le lundi 17 octobre 2011 à 13:10 - © Credixis 2017

Articles liés

Crise : DSK pour une Europe plus souveraine

Dans une interview au quotidien le Parisien publiée ce lundi, le patron du FMI est revenu sur la crise économique. Écartant l'idée d'une crise monétaire, Dominique Strauss-Kahn appelle à une meilleure coordination des politiques économiques européennes. Lire l'article

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article