> > Crise : la BCE aide une nouvelle fois les banques irlandaises

Crise : la BCE aide une nouvelle fois les banques irlandaises

Alors que les derniers tests de résistance ont définit un coût supplémentaire de 24 milliards d'euros pour le sauvetage des banques irlandaises, la BCE a décidé d'apporter à nouveau son soutien à l'Irlande en suspendant, cette fois, ses critères d'éligibilité de titres.

Une aide supplémentaire nécessaire

L'Irlande peine toujours à se relever. Après l'injection de 46 milliards d'euros pour le sauvetage de son secteur bancaire, la Banque centrale irlandaise a annoncée, ce jeudi, la nécessité  d'un investissement supplémentaire de 24 milliards d'euros. Pour son gouverneur Patrick Honohan, il s'agit " de la plus grave crise bancaire de notre histoire".

Bien qu'inférieure au 35 milliards d'euros proposés au banques irlandaise dans le cadre du programme d'aide internationale définit en décembre, la somme définit dépasse les prévisions de tous les analystes.

Les tests de résistances réalisés sur 4 des principaux établissements bancaires du pays, (Allied Irish Banks, Bank of Ireland, EBS et IL&P) ont ainsi réévalués le coût total de la restructuration du secteur bancaire irlandais à 70 milliards d'euros, soit 45 % du produit intérieur brut (PIB) du pays.

L'aide internationale en soutien

À l'issue de ces résultats, la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne (CE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont  déclarés "partager l'évaluation rigoureuse des capitaux nécessaires".

Les trois structures souhaitent ainsi apporter leur soutien à l'Irlande, annonçant dans un communiqué commun soutenir " fortement les plans envisagés par les autorités irlandaises pour assurer ces besoins en capitaux dans les délais requis". Pour la BCE, la CE et le FMI, "ces besoins peuvent être aisément financés" par le plan d'aide signé en décembre.

Refusant de recourir au maximum à l'aide internationale, les autorités irlandaises on déclarés vouloir investir d'elles mêmes 17,5 milliards d'euros. Ce montant serait essentiellement tiré du Fonds national de réserve des retraites.

La BCE moins stricte

En plus du programme d'aide internationale, la banque centrale européenne a souhaité se montrer plus "compréhensive" avec l'État irlandais. Approuvant, le programme de restructuration irlandais, la BCE a décidé d'offrir une nouvelles fois son aide, en retirant tout critère d'éligibilité des titres de dettes. Ainsi, quel que soit leu notation, la BCE acceptera tout actif laissés en dépôts à titre de garantie.

À la sortie des tests et des différentes annonces, le ministre des finances irlandais, Michael Noonan, a annoncé la mise en place d'une "une restructuration radicale du système bancaire" national. Intégrant "d'autres contributions significatives" à l'investissement des Fonds de retraite telles que la participation des créanciers privés au financement de la restructuration des banques.

Article publié le vendredi 01 avril 2011 à 16:04 - © Credixis 2017

Articles liés

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

En Zone euro, le crédit se durcit, mais la BCE table sur une prochaine embellie

Fin octobre, les banques européennes ont de nouveau décidé de durcir leurs conditions de crédit dans la zone euro pour le troisième trimestre. Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article