> > Crise grecque : le deuxième plan d'aide européen validé

Crise grecque : le deuxième plan d'aide européen validé

Après d'âpres négociations, les États européens ont finalement réussi à se mettre d'accord, ce jeudi, sur la mise en place d'un nouveau plan d'aide pour sauver la Grèce de sa dette faramineuse. Le montant de l'aide a été fixé à 160 milliards d'euros.

Une nouvelle aide et de nouvelles conditions

Alors que la Grèce s'évertue à adopter des mesures d'austérité pour combler son déficit public avoisinant les 650 milliards d'euros soit près de 135 % de son produit intérieur brut (PIB), les dirigeants européens et organismes financiers internationaux ont longtemps tergiversé avant de parvenir à un accord sur l'aide qui sera prodigué.

Réunis en un sommet extraordinaire à Bruxelles , les différents dirigeants des institutions et États européens se sont sont ainsi mis d'accord sur  les conditions d'un nouveau plan d'aide de près de 160 milliards d'euros.

Malgré l'opposition de la Banque centrale européenne (BCE), la participation des banques privées à cette aide a été validée. En contrepartie, le rachat de dette publique jusqu'alors effectué bon gré mal gré par la BCE sera assurée par le Fonds de secours de la zone Euro, ancien Fonds européen de stabilité financière (FESF) et désormais Fonds monétaire européen (FME).

Dans le détail, près de 109 milliards d'euros devraient être prêtés à l'État grec par l'Europe et le Fonds monétaire international (FMI), le reste devant être fournis par les banques.

Largement décrié par de nombreux spécialistes, la participation du secteur bancaire privé ne devrait être qu'exceptionnelle et cantonnée à ce seul sauvetage grec, n'en déplaise à ses défenseurs souhaitant voire ce procédé élargit pour les autres pays en difficulté.

Un coût de 15 milliards d'euros pour la France

Selon le premier ministre François Fillon, la participation de la France dans cette aide devrait quelque peu creuser la dette française.

"Ceci aura une conséquence indirecte, c'est une augmentation d'ici 2014 de notre niveau d'endettement, compte tenu de l'intégration des garanties, à hauteur d'environ 15 milliards d'euros" a ainsi déclaré le 1er ministre  ce vendredi aux parlementaires de la majorité.

Pour le gouvernement, malgré cette augmentation , les objectifs de réduction de la dette devraient être tenus. Pour rappel, le gouvernement prévoit un accroissement de ce déficit public jusqu'en 2012 avant une baisse progressive. Ainsi, la dette publique devrait représenter :

  • 85,4% du PIB à la fin de cette année ;
  • 86,9 % du PIB fin 2012 ;
  • 86,4% du PIB fin 2013 ;
  • et 84,8 % du PIB fin 2014.

Au premier trimestre 2011, la dette publique française était évaluée à 1646,1 milliards d'euros soit 84,5% du PIB français à cette période.

Article publié le vendredi 22 juillet 2011 à 16:07 - © Credixis 2018

Articles liés

Crise grecque : les banques françaises fourniront 15 milliards d'euros

Désormais impliquées dans le plan de soutien financier à la Grèce, les banques et assurances françaises participeront à hauteur de 15 millions d'euros a indiqué jeudi, le ministre de l'économie François Baroin. Lire l'article

Europe : le Portugal et la Grèce tombent dans l'austérité

Portugal, Grèce , même combat. Afin de pouvoir justifier de l'aide internationale, les deux États ont du adopter des plans de rigueur sans précédents. Tandis qu'à Athènes le peuple gronde, à Lisbonne le gouvernement se montre plus strict que prévu. Lire l'article

Europe : le Portugal prochaine victime de la crise ?

La situation n'as jamais été aussi tendue au Portugal depuis 2009. Faisant face à une crise politique interne, le pays à jusqu'alors refusé l'intervention internationale et le recours au FESF. Pour beaucoup, il est le prochain sur la liste des receveurs d'aides. Lire l'article