> > Crise : dégradation positive de la note des banques françaises

Crise : dégradation positive de la note des banques françaises

Comme prévu depuis plusieurs jours, l'agence Moody a rabaissé les notes de la Société Générale et du Crédit Agricole du fait de leurs exposition à la crise. Le gouverneur de la Banque de France y voit là une bonne nouvelle.

Crise : dégradation positive de la note des banques françaises

Des banques françaises largement exposées

Possédant de nombreuses  parts dans la dette de plusieurs États en difficultés voire en très grande difficulté comme la Grèce et face à l'incertitude de ces États à rembourser la dite dette, les banques françaises et principalement  BNP Paribas, le Crédit Agricole et la Société Générale sont perçues comme à risque par l'ensemble des acteurs économiques européens et internationaux.

À ce titre l'agence de notation financière Moody's a finalement décidé de descendre la note de deux d'entre elles. Ce mercredi la note du Crédit Agricole  est ainsi passée de "Aa1" à "Aa2", et celle de la Société Générale de "Aa2" à "Aa3". La BNP Paribas n'a pour sa part pas fait l'objet d'une dégradation de sa note mais reste sous l'étroite surveillance de Moody's.

Ces dégradations n'ont eu au final que peu d'effet sur les marchés tant la situation était attendue, comme le confirme le président de l'autorité des marchés financiers (AMF), Jean-Pierre Jouyet :"C'est déjà anticipé par les marchés et c'était déjà dans le marché. Il y avait eu un certain nombre d'informations [...] Ce n'est pas une surprise pour les marchés".

Christian Noyer reste très positif

Toujours confiant et inflexible quant à la santé et la solidité des organismes français, le président de la Banque de France (BdF) et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) Christian Noyer estime qu'"il n'y a pas de nouvelle très mauvaise".

Pour ce dernier, il s'agirait même d'une "relativement bonne nouvelle", au vu du degré "très limité" de cette dégradation. Le fait que seulement deux des banques aient été finalement concernées par cette dégradation, et que " Moody's notait mieux que les autres agences", met les banques françaises au "au même niveau ou légèrement mieux que les autres agences" européennes explique t-il. Au final, "les banques françaises gardent une excellente note".

Au sens du gouverneur de la BdF, les établissements bancaires français "n'ont pas besoin d'argent frais pour faire face à leurs engagements". Aussi une quelconque nationalisation de ces banques "n'aurait aucun sens" a t-il déclaré rejoignant ainsi les avis de nombreux économistes et du gouvernement.

Article publié le jeudi 15 septembre 2011 à 15:09 - © Credixis 2017

Articles liés

Crise : La France au même niveau que l'Espagne ?

Dans une interview donnée au quotidien le Monde ce lundi, l'économiste américain Nouriel Roubini, juge la dette française inquiétante. Selon lui, trois scénarios seraient possibles pour sortir de la crise. Lire l'article

Crédit : les banques sont loin d'atteindre les objectifs imposés par l'Etat !

Début février, la Banque de France publiait le bilan annuel de la distribution du crédit pour 2009. Comme l'on s'en doutait déjà, les objectifs imposés par l'Etat en échange de l'aide financière accordée en pleine période de crise sont loin d'être atteints ! Lire l'article

Crédit : 2009, une année contrastée

Alors que l'année 2010 débute, l'heure est au bilan quant à l'année écoulée. Sur le terrain du crédit, 2009 restera marquée par une forte baisse des taux de prêts mais aussi par un net tassement des encours de production. Lire l'article