> > Crédit immobilier : un été favorable pour s'engager ?

Crédit immobilier : un été favorable pour s'engager ?

Constatée par l'ensemble des courtiers, la stabilisation des taux des crédits immobiliers devrait se poursuivre encore quelque temps. Les mois d'août et de septembre devraient rester très favorables pour les particuliers souhaitant souscrire un prêt immobilier.

Crédit immobilier : un été favorable pour s'engager ?

L'OAT toujours en baisse

Estimé à 3,74 % au 04 avril 2011, l'OAT 10 ans ou taux des obligations assimilables du Trésor sur 10 ans ne cesse de diminuer, s'établissant ainsi à 3,15% au 05 août. Une bonne nouvelle pour les particuliers, puisque pour mémoire, ce taux fixe généralement les grandes orientations des taux fixes appliqués par les banques françaises.

Une situation qui devrait perdurer selon le courtier Meilleurtaux. L'OAT étant étroitement liés au contexte économique global. Pour exemple, les pays perçu comme fragilisé voient leur taux d'emprunts augmenter, tandis qu'en parallèle ceux des pays jugés "plus solides ", c'est le cas actuellement pour la France, diminuent.

"Pour le mois de septembre, si la baisse de l'OAT se poursuit, les banques devraient être en mesure de proposer des taux réellement intéressants et profiter ainsi de ce mois traditionnellement favorable aux achats immobiliers pour conquérir de nouveaux clients" prévoit le courtier.

Même constat pour le courtier CAFPI, qui se montre également plutôt positif pour les emprunteurs. "Nous arrivons de plus en plus facilement à obtenir de nos partenaires des conditions dérogatoires à leurs grilles pour des dossiers de qualité ou des profils emprunteurs intéressants" déclare ainsi le directeur général adjoint du groupe.

Les crédits à taux variables moins intéressants

Produits moins apprécié par les français, les crédits à taux variables pourraient se monter beaucoup moins avantageux que ceux à taux fixe. À l'inverse de l'OAT,  l'indice Euribor 3 mois est beaucoup plus dépendant des politiques adoptées par la Banque centrale européenne (BCE) et a nettement augmenté au court des 6 derniers mois.

Une hausse sans grande conséquence pour les taux de crédits à taux fixe, mais important pour les crédits à taux variable. "Cette stabilité des taux fixes tranche néanmoins avec la hausse continue des taux de crédit immobilier variables. La hausse de l'Euribor trois mois a en effet poussé les établissements bancaires à proposer des taux révisables bien plus élevés qu'il y a quelques mois" constate Meilleurtaux.

D'une manière générale, la fin de l'été devrait être plutôt favorable à la contraction de crédits immobiliers à taux fixes. Une période favorable surtout pour les meilleurs dossiers, les banques se focalisant essentiellement sur ces cas, qui devraient se voir proposer des conditions plus qu'intéressantes.

Article publié le vendredi 05 août 2011 à 16:08 - © Credixis 2017

Votre projet de rachat de crédits

Vous avez un projet de rachat de crédits ? Remplissez votre demande en ligne !

Un conseiller spécialisé "rachat de crédits" étudiera votre dossier avec la plus grande attention, et vous contactera dans les meilleurs délais

Demande en ligne

Articles liés

Crédit immobilier : une hausse ralentie en avril

Après une nouvelle hausse significative des taux de crédits immobiliers au mois de mars, "entre +0,10 et +0,15 %", le courtier en ligne Empruntis prévoit un ralentissement de cette évolution en avril. Les spécialistes invoquent une anticipation de l'action européenne. Lire l'article

Crédit immobilier : la hausse des taux va se poursuivre

Après un plus bas niveau historique atteint en octobre 2010, les taux d'emprunt immobiliers remontent à grande vitesse affichant +0,5% en trois mois. Et la tendance haussière devrait se poursuivre selon la Banque Centrale Européenne (BCE). Lire l'article

Immobilier : forte hausse des taux de crédit en janvier

D'après les dernières données du courtier Empruntis, les taux des crédits immobiliers ont très fortement augmenté en l'espace de deux mois. Les taux proposés par l'OAT et les bons résultats des banques en seraient la cause. Lire l'article